Réouverture des salles de peinture du Musée de Rennes Contenu abonnés


JPEG - 76.5 ko
1. Musée des Beaux-Arts de Rennes
Salle de peintures XVIIe siècle
Photo : Musée des Beaux-Arts
Voir l'image dans sa page

Au début du mois de février, le Musée des beaux-arts de Rennes a rouvert ses salles de peinture, au premier étage du bâtiment construit en 1855. Les installations électriques ont été mises en conformité et la vidéo surveillance revue, tandis que l’espace du musée a été repensé. Les collections se déploient autour du patio, regroupées de manière assez classique, par siècles et par écoles européennes. Le choix des couleurs sur les murs de chaque salle est une réussite car elles identifient les espaces, introduisent une scansion dans la visite, n’écrasent pas les œuvres, mais au contraire les mettent en valeur – le choix au musée des beaux-arts de Nantes de formes géométriques avec de violents contrastes colorés aux murs des salles de peinture paraît en comparaison moins judicieux. L’une des œuvres les plus célèbres du musée, Le nouveau-né de Georges de La Tour, ainsi que plusieurs autres tableaux héritiers du clair-obscur caravagesque, ont été rassemblés dans une même salle, sur un beau fonds violet et sous une lumière plus douce qui les mettent bien en valeur (ill. 1). Les quatre grands Francesco Casanova qui illustrent la faiblesse humaine face aux catastrophes naturelles ou humaines (Paysans surpris dans un orage, Rupture d’un pont de bois, Attaque de brigands pendant la nuit, Voyageurs pris dans un ouragan, v.1770) dialoguent entre eux dans un lieu unifié, créé au milieu de la grande galerie.

JPEG - 123.1 ko
2. Musée des Beaux-Arts de Rennes
Salle de peintures du XVIIe siècle
Photo : Claire Mazel
Voir l'image dans sa page

JPEG - 61.5 ko
3. Musée des Beaux-Arts de Rennes
Salle de peintures du XVIIe siècle
Photo : Musée des Beaux-Arts de Rennes
Voir l'image dans sa page

Outre cette volonté de « montrer la collection autrement », le directeur du musée, Francis Ribemont, avait pour désir de « montrer l’entièreté de la collection », c’est-à-dire d’exposer le plus grand…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Musées : Musées en danger (3) : le Musée Granet d’Aix-en-Provence

Article suivant dans Musées : Ouverture du Centre Pompidou-Metz