Réouverture des Musées Gadagne à Lyon


Après avoir visité l’Hôtel Gadagne à Lyon, rouvert il y a quelques jours au public après une campagne de travaux de restauration et d’agrandissement, on peut légitimement s’interroger sur la possibilité d’aménager aujourd’hui un monument historique en musée, surtout lorsqu’il s’agit d’un ancien hôtel particulier conservant encore des décors et sa disposition d’origine1.
Il semble en effet acquis qu’un tel établissement, en plus d’être aux normes de sécurité imposées par la loi, doit avoir une boutique, un auditorium, un restaurant, des bornes interactives, etc. Il suffit d’imaginer ce que serait l’Hôtel Lambert à Paris, s’il devait devenir un musée comme certains le préconisent ; cela relativise quelque peu ses mésaventures actuelles.

JPEG - 69.5 ko
1. Hôtel Gadagne, Lyon
Cour restaurée
Photo : Didier Rykner
JPEG - 75.8 ko
2. Hôtel Gadagne, Lyon
Porte des toilettes, donnant sur la cour
Photo : Didier Rykner

A peine entré dans la cour du musée Gadagne, les dégâts sautent aux yeux. L’aspect trop restauré et trop neuf des façades (un défaut qui devrait heureusement disparaître rapidement) n’est finalement pas très grave face au traitement du sol percé d’horribles vitrages chargés d’apporter de la lumière naturelle aux salles d’expositions creusées en sous-sol (ill. 1). On remarquera aussi le bon goût qui a présidé à l’établissement d’une porte transparente donnant sur les toilettes (ill. 2). L’effet en est tellement désastreux qu’on nous a assuré qu’elle serait finalement masquée. Qu’elle ait seulement pu être conçue démontre cependant la faible qualité des aménagements architecturaux.

JPEG - 110.3 ko
3. Hôtel Gadagne, Lyon
Plafond du XVIIe siècle
Photo : Didier Rykner

On signalera ainsi les meubles de présentation des gravures, d’une lourdeur évidente. On s’interrogera sur les petites marches presque invisibles et dont l’utilité nous échappe, présentes dans certaines salles : pendant la visite de presse, deux journalistes pourtant jeunes et bénéficiant d’une bonne vue, ont manqué tomber. S’ils…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :




Tip A Friend  Envoyer par email
imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Musées : L’inaliénabilité, encore et toujours...

Article suivant dans Musées : Interview de Bernard Schotter et d’Arnauld Brejon de Lavergnée