Réouverture de Saint-Germain-de-Charonne après restauration


JPEG - 391.3 ko
1. L’église Saint-Germain-de-Charonne
après restauration
Photo : Didier Rykner

22/6/16 - Restauration - Paris, église Saint-Germain-de-Charonne - La Mairie de Paris utilisant la restauration de l’église Saint-Germain-de-Charonne pour sa propagande, qui veut faire croire qu’elle entretient son patrimoine, nous commencerons cet article en rappelant que le plan de 80 millions d’euros pour la restauration des églises pendant la mandature, dont elle se gargarise n’est que la reconduction de l’existant, absolument insuffisant, comme nous le démontrions dans un article de mars 2015. La plupart des églises vont donc continuer à se dégrader, et même les chantiers prévus ne concernent que des portions de monuments (façade de Saint-Augustin, façade latérale, côté jardin, de Saint-Eustache…).

Reste Saint-Germain-de-Charonne, fermée depuis presque six ans et elle entièrement traitée. Sur cet édifice, la Mairie de Paris n’avait pas d’autre choix que d’engager des travaux, puisqu’elle s’écroulait, littéralement (elle était largement étayée). On se réjouit donc de sa réouverture et de sa restauration, d’ailleurs très bien menée et sur laquelle nous ne pouvons que faire des compliments, sans que cela modifie hélas le triste constat d’un abandon presque complet du patrimoine religieux parisien. Rappelons enfin que la loi impose, tout simplement, l’entretien des églises par leur propriétaire, c’est-à-dire la ville, et que cette restauration est simplement une action normale de la part d’une municipalité.


JPEG - 380.1 ko
2. L’église Saint-Germain-de-Charonne
après restauration, vue du cimetière
Photo : Didier Rykner
JPEG - 324 ko
3. Nef de l’église Saint-Germain-de-Charonne après restauration
Photo : Didier Rykner

JPEG - 236.5 ko
4. Joseph-Benoît Suvée (1743-1807)
La Rencontre de saint Germain et sainte Geneviève
Huile sur toile
Paris, église Saint-Germain-de-Charonne
Photo : Didier Rykner

Petite église paroissiale entourée de son cimetière (le seul de ce genre à Paris avec Saint-Pierre de Montmartre), Saint-Germain-de-Charonne, même rattrapé par l’urbanisation, conserve un charme campagnard (ill. 2). Cette église était, avant le rattachement à Paris, celle du village de Charonne. Il s’agit d’un édifice simple, comportant une nef avec un vaisseau central et deux collatéraux (ill. 3), dont l’architecture date essentiellement du XVe siècle. L’intérieur ne comprend aucune œuvre d’art réellement importante à l’exception notable d’un grand tableau de Joseph-Benoît Suvée, représentant La Rencontre de saint Germain et sainte Geneviève (ill. 4). Une partie essentielle des travaux a consisté, après des fouilles archéologiques, à stabiliser le sol sur lequel repose l’église en le renforçant, sous les murs et les piliers avec des colonnes de béton permettant de reposer sur une couche géologique plus stable que le sol argileux sur lequel elle se trouve.

Le financement de cette restauration à été assuré par la ville, pour un montant de 8,9 millions d’euros (fouilles plus travaux), l’État ayant apporté 2 millions de cette somme. L’architecte en chef des monuments historiques était Jean-François Lagneau.


Didier Rykner, mercredi 22 juin 2016





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Brèves : Le Van Gogh Museum achète un tableau de Bastien-Lepage

Article suivant dans Brèves : Louis-Antoine Prat élu président des Amis du Louvre