Rembrandt Rothschild : le Louvre aura la femme


JPEG - 101.3 ko
Rembrandt van Rijn (1606-1669)
Portrait de Oopjen Coppit,
épouse de Marten Soolmans
, 1634
Huile sur toile - 210 x 134 cm
En cours d’acquisition par le Louvre
Photo : WGA (domaine public)

11/12/15 - Acquisition - Paris, Musée du Louvre - C’est donc la femme ! Depuis plusieurs semaines, le Louvre et le Rijksmuseum discutaient sur le choix, pour l’un et pour l’autre, du tableau de Rembrandt qui devait leur revenir. Il fut un temps évoqué l’idée que chaque musée posséderait la moitié d’un tableau, mais cette solution a dû paraître trop compliquée (même si elle n’était pas impossible à mettre en œuvre). Il a donc fallu choisir. Comment cela a-t-il été fait ? À la courte paille ? Au bonneteau ? À ce jeu de dupes (dès le départ), la France a gagné le Portrait d’Oopjen Coppit, c’est à dire de l’épouse. Celui-ci n’est pas signé, l’autre l’est. À notre avis, et sur photo, le portrait d’homme est le plus beau, mais chez ceux ayant vu en vrai les tableaux, l’opinion est mitigée. Chacun pourra sans doute bientôt s’en faire une idée…

Ce qui est certain, c’est que lors de l’examen par le Louvre des deux toiles, alors qu’il était bien trop tard pour entamer une négociation qui n’a jamais eu lieu et qui fait acquérir ce tableau au prix fort, on s’est aperçu qu’un rentoilage un peu violent avait contribué à aplatir la couche picturale. Les deux œuvres ne sont donc pas dans un état de conservation parfait, ce qui aurait pu être un argument de poids dans cette négociation qui n’est jamais venue.

Un appel au mécénat d’entreprise vient de paraître au Journal Officiel pour ce tableau. Pure formalité qu’impose la procédure, puisque le mécène est déjà trouvé depuis longtemps : la Banque de France.


Didier Rykner, vendredi 11 décembre 2015





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Brèves : Des Lagrenée pas trésors nationaux

Article suivant dans Brèves : Vandalisme avéré à l’Opéra