Rembrandt. La lumière de l’ombre Contenu abonnés


Paris, BnF, site Richelieu. Du 11 octobre 2006 au 7 janvier 2007.

JPEG - 81.3 ko
Rembrandt van Rijn (1606-1669)
La Négresse couchée, 1658
Eau-forte, pointe sèche et burin
Paris, BnF
© BnF
Voir l'image dans sa page

Difficile de décevoir quand on expose Rembrandt. Même les gravures, tant montrées à Paris depuis 25 ans, restent inépuisables, indispensables à une vraie réflexion sur le beau occidental et ses tabous. La centaine d’eaux-fortes que la BNF a rassemblées sous les voûtes de la galerie Mazarine conjuguent à la rareté leur insolence expressive, et comme le sublime du laid. Une question demeure pourtant : que faire de ces images si connues pour en rafraîchir la lecture ? La muséographie, sobre et soignée dans le cas présent, peut y contribuer. Mais une problématique, affichée sinon inattendue, vaut mieux que tous les effets de présentation. La lumière de…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Expositions : Jacques Stella (1596-1657)

Article suivant dans Expositions : Charles Gleyre. Le génie de l’invention