Regards sur une collection, Christine Angot invitée au musée Delacroix Contenu abonnés


Paris, Musée Delacroix, du 15 septembre 2017 au 8 janvier 2018

JPEG - 63.1 ko
1. Eugène Delacroix (1798-1863)
Madeleine dans le désert, 1845
Huile sur toile - 55,5 x 45 cm
Paris, Musée Eugène Delacroix
Musée Eugène Delacroix
Voir l'image dans sa page

On ne dit plus « commissaire d’exposition », mais « curator » (ça sonne mieux en anglais) ou « curateur » (ça sonne bien en franglais aussi). La fonction a changé avec le mot : il est has been, désormais, de réunir des œuvres dans le but de faire progresser la connaissance qu’on a d’un artiste, d’un courant stylistique ou d’une époque. Ce n’est plus la démarche scientifique qui importe, mais le « ressenti » (pour ne pas confondre avec celui de la température, on peut utiliser le mot feeling). Le curateur n’est pas un expert, bien au contraire, il est le sujet de l’exposition. Il n’est donc plus au service des œuvres, mais se sert d’elles pour se mettre en scène. En général, il a le statut privilégié d’invité (pardon, de guest) et le musée qui le convie lui laisse carte blanche pour s’exprimer, et même mieux : pour parler de lui-même, de son Moi, de son Surmoi, de son Ça, et souvent bien en-deçà. Évidemment, le guest est un people (pipole en franglais) dont la notoriété est censée racoler le public.

Ainsi Christine Angot a-t-elle été sollicitée par le Musée Eugène Delacroix pour choisir des œuvres du maître et de quelques autres artistes, notamment contemporains, inaugurant la première « saison littéraire » au musée. Car Angot est décrite comme « un grand écrivain contemporain ». Grand par le bruit qu’elle fait dans les médias, c’est certain. Curieusement, son rôle de chroniqueuse dans l’émission télévisuelle « d’info-divertissement » intitulée « On n’est pas couché » a été omis dans la présentation qui est faite d’elle ; c’est pourtant là qu’elle se distingue le plus actuellement. La voilà donc commissaire d’une exposition dont le fil rouge est elle-même, déployant dans les pièces où vécut et mourut Delacroix des œuvres « qui l’ont émue, intéressée, surprise, étonnée. Son choix reflète ses…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Expositions : Le fabuleux destin des tableaux des abbés Desjardins

Article suivant dans Expositions : Rubens. Portraits princiers