Quelques publications récentes sur la sculpture du XIXe siècle Contenu abonnés


Auteur : Christiane Dotal

Depuis l’exposition pionnière du Grand Palais en 1986, qui révéla au public la richesse et la diversité de la sculpture française au XIXe siècle, celle-ci a fait l’objet d’une timide mais réelle réévaluation. Aujourd’hui, « on ne casse plus », ou plus beaucoup, et on publie. Voici quelques ouvrages récemment parus qui prouvent que, malgré le petit nombre de chercheurs qui étudient ce sujet, ceux-ci font preuve d’une belle vitalité.

jpg-couverture_perraud-2-jpgChristiane Dotal est l’auteur de deux livres. L’un, indispensable car il est et sera sans doute longtemps la seule monographie jamais disponible sur le sculpteur Jean-Jacques Perraud, est médiocre. L’autre, non moins utile, consacré aux bustes de l’Institut de France, est excellent.
Perraud, dont un fonds important se trouve au musée de Lons-le-Saunier (il est né à Mornay, village du Jura proche de Lons), connut tous les honneurs : Prix de Rome de sculpture en 1847, médaille de première classe à l’Exposition Universelle de 1855, légion d’honneur en 1857, et en 1865 membre de l’Institut. Soit le parcours parfait d’un sculpteur au XIXe siècle, ce qui lui assura des commandes jusqu’à la fin de sa vie. Bien qu’absolument inconnu de nos jours, il reste un artiste honorable, auteur aux côtés de Carpeaux d’un des groupes placés sur la façade de l’Opéra. Malgré ses insuffisances, ce catalogue de son œuvre a le mérite de le faire connaître et restera sans doute longtemps la seule référence disponible.
On s’interrogera cependant sur les raisons qui peuvent expliquer la faiblesse de ce livre, issu d’une thèse de doctorat. Il est évident qu’aucun travail éditorial n’a été réalisé. Toute la partie rédactionnelle a disparu pour ne conserver que le catalogue raisonné et ses notices, ce qui est déjà fort dommage. Mais, surtout, l’ensemble paraît ne pas avoir été relu. On y trouve des erreurs, des omissions, des naïvetés et des incorrections incessantes qui en rendent la lecture fort pénible1. Les descriptions sont lourdes et peu claires, certaines…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Publications : L’Empereur et les arts. La liste civile de Napoléon III

Article suivant dans Publications : Isaac Moillon 1614-1673. Un peintre du roi à Aubusson