Quatre expositions de dessins à Paris Contenu abonnés


Le Mystère et l’Eclat. Pastels du musée d’Orsay. Paris, Musée d’Orsay, du 30 septembre 2008 au 4 janvier 2009.
Renaissance et maniérisme aux Pays-Bas. Dessins du musée des Beaux-Arts de Budapest. Paris, Musée du Louvre, du 9 octobre 2008 au 12 janvier 2009.
Antoine-François Callet décorateur. Paris, Ecole nationale supérieure des Beaux-Arts, du 20 octobre 2008 au 30 janvier 2009.
Ingres ombres permanentes. Paris, Musée de la Vie Romantique, du 16 septembre 2008 au 4 janvier 2009.

JPEG - 29.7 ko
1. Ernest Duez (1843-1896)
Paysage, vers 1885
Pastel - 45,3 x 55,8 cm
Paris, Musée d’Orsay
Photo : Musée d’Orsay / RMN :
Voir l'image dans sa page

Parmi les nombreuses expositions parisiennes de cette rentrée, plusieurs sont consacrées aux dessins, catégorie dans laquelle sont généralement inclus les pastels. On commencera donc cette revue par l’exposition très réussie d’Orsay, qui présente une large sélection des feuilles de sa collection exécutées dans cette technique.
S’agissant d’une présentation faite à partir du fonds du musée, le choix peut difficilement être critiqué, d’autant que les commissaires ne se sont pas contentés de prendre uniquement de grands noms mais se sont aussi attachés à montrer à un large public des peintres moins connus, tels que Pierre Prins, Wynfort Dewhurst, Ernest Duez, François Garas... L’accrochage, sur des murs très heureusement colorés, est d’une réelle intelligence, ne craignant pas de confronter les artistes sans forcément tenir compte de la hiérarchie communément admise. On est ainsi frappé de constater à quel point la collection d’Orsay est complète et d’une qualité homogène.
Le livre publié à cette occasion n’est pas le catalogue de l’exposition. De très nombreuse œuvres exposées en sont absentes, et certains pastels publiés ne sont au contraire pas montrés. Il est regrettable qu’un véritable catalogue raisonné exhaustif n’ait pu être publié à cette occasion. Il s’agit ici plutôt d’un album, seulement enrichi de quelques courts essais.

JPEG - 38.4 ko
2. Antoine Callet (1741-1823)
Homme nu, bras étendu, étude pour la coupole de la
Chapelle de la Vierge de l’église Saint-Sulpice à Paris
Pierre noire, sanguine, craie blanche - 22,9 x 36,8 cm
Paris, ENSBA
Photo : ENSBA
Voir l'image dans sa page

Pour sa part, l’Ecole des Beaux-Arts poursuit sa vaillante politique de petites accrochages, systématiquement accompagnées d’un catalogue. Le dernier montre des feuilles d’Antoine-François Callet, à l’occasion d’un double événement : la découverte…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Expositions : Venise. De Canaletto et Turner à Monet

Article suivant dans Expositions : Sur les quais. Ports, docks et dockers