Quarante-quatre préemptions dans une vente de militaria


27/2/17 - Acquisitions - Paris, Musée de l’Armée - Pas moins de quarante-quatre préemptions ont scandé la vente qu’organisait l’étude De Baecque et Associés le 22 février à Lyon. Ce sont les souvenirs du Général Marchand qui ont retenu l’attention de l’État et qui seront répartis entre le Service historique de la Défense, le Musée de l’Armée et les Archives nationales d’Outre-Mer. Beaucoup des numéros préemptés sont des documents historiques tels que sa correspondance ou les différents journaux qu’à tenus Marchand au cours de ses missions, aussi bien dans le royaume du Kénédougou qu’en Chine, et qui relèvent du roman d’aventure.


JPEG - 62.2 ko
1. Dolman modèle 1882
Paris, Musée de l’Armée
Photo : De Baecque et Associés
Voir l'image dans sa page
JPEG - 48.4 ko
2. Épée d’honneur offerte au Commandant Marchand en 1899
par le journal La Patrie
Fourreau en cuir de crocodile bronze argenté,
laiton argenté - L. 98 cm
Paris, Musée de l’Armée
Photo : De Baecque et Associés
Voir l'image dans sa page

Jean-Baptiste Marchand (1863-1934) est surtout connu pour la mission Congo-Nil qu’il dirigea à partir de 1896. Entrainée par la rivalité coloniale opposant la France et l’Angleterre en Afrique, elle se termina à Fachoda, point stratégique qu’il fallut se résigner à abandonner aux Anglais en 1898, avec pour conséquence la crise diplomatique que l’on sait. En 1900, il fut envoyé en Chine après la campagne des Boxers - son journal racontant cette aventure a été adjugé 12 500 euros - puis rentra en France en 1902 et finit par démissionner de l’armée en 1904. À la déclaration de guerre en 1914, il demanda sa réintégration.

Parmi les objets retenus pour le Musée de l’Armée, on compte des cachets tampons du commandant, un bouclier en cuir d’hippopotame incrusté de laiton ciselé offert par le Ras Tessema à Marchand en Ethiopie, ou encore un dolman de lieutenant d’infanterie coloniale dont le type était réglementaire entre 1882 et 1892. Il a été adjugé 1700 euros et viendra compléter la collection de costumes et uniformes du musée (ill. 1).
Une épée d’honneur conçue par Anatole Marquet de Vasselot fut offerte au commandant Marchand en 1899 par le journal La Patrie en mémoire de Fachoda (ill. 2). Elle a été adjugée 16 000 euros. Sa monture est spectaculaire : la garde est composée de deux crocodiles affrontés et la fusée a la forme de la déesse Hathor, debout sur le pectoral de Ramsès II (qu’on peut voir au Louvre) ; sous ses pieds est inscrit le nom de Fachoda. Un dessin de Vasselot pour cette poignée est reproduit dans L’Illustration.


JPEG - 87.7 ko
3. Ouvrage dédicacé par l’Union des Sociétés
Régimentaires des Anciens Militaires
Aquarelles signées Marcus
Reliure signée Le Breton, relieur à Paris et Deplanche à Paris
11 x 37 cm
Service historique de la Défense
Photo : De Baecque et Associés
Voir l'image dans sa page
JPEG - 617.5 ko
4. Ouvrage dédicacé par l’Union des Sociétés
Régimentaires des Anciens Militaires
Aquarelles signées Marcus
Service historique de la Défense
Photo : De Baecque et Associés
Voir l'image dans sa page

Enfin un ouvrage de l’Union des Sociétés Régimentaires des Anciens Militaires a été adjugé 3 800 euros et rejoindra le Service historique de la Défense (ill. 3 et 4). Il est doté d’une magnifique reliure de Le Breton et Deplanche, ornée d’un cadre en métal composé de feuilles de chêne et de coqs, ainsi que de bonnets phrygiens dans les angles. Au centre, dans un paysage africain animé de palmiers, se dresse la lettre M entourée d’une couronne de lauriers. Soixante-quinze planches sont réunies, qui déclinent les noms de différents régiments en précisant l’identité du président et du secrétaire de chaque association d’anciens militaires. Chacune des feuilles est illustrée d’une aquarelle signée Marcus et accompagnée de dédicaces manuscrites adressées à Marchand. Froment-Meurice par exemple, pour la Cavalerie Légère, au nom des anciens militaires des régiments de chasseurs et hussard écrit ceci : « Je suis heureux d’apporter au commandant Marchand l’hommage de mes camarades, leurs cœurs de cavaliers et de Français ont suivi avec émotion son raid admirable à traver l’Afrique ».


Bénédicte Bonnet Saint-Georges, lundi 27 février 2017





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Brèves : Legs au Musée d’Art et d’Histoire de Genève

Article suivant dans Brèves : Nomination de Laurence des Cars à la tête du Musée d’Orsay