Quand la parité menace les acquisitions de Versailles Contenu abonnés


25/10/13 - Politique culturelle - Versailles, Musée national du château - La « parité ». Nos politiques n’ont plus que ce mot à la bouche, dans une obsession qui tourne un peu au délire. Il est bien sûr louable de vouloir donner toute leur place aux femmes dans les emplois publics. Mais le politiquement correct aboutit désormais à des situations totalement ubuesques.

Qu’on en juge : alors que la commission des acquisitions de Versailles avait plusieurs postes vacants, l’établissement public a présenté au ministère de la Culture, pour validation, sa nouvelle composition.
Horreur : Aurélie Filippetti s’est aperçue que la composition de cette commission (dont on rappelle qu’elle doit être consultée pour toute acquisition effectuée par le musée) n’était pas constituée à part égale…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Brèves : Deux Matisse pour le Musée national d’art moderne

Article suivant dans Brèves : La Charité de Van Delen exposée aux Musées royaux des Beaux-Arts dans une présentation contestable