Contenu abonnés

Quand flamboyait la Toison d’Or. Le Bon, le Téméraire, le Chancelier

Beaune, Hôtel-Dieu, Musée des Beaux-Arts et Hôtel des Ducs de Bourgogne, du 4 décembre 2021 au 31 mars 2022.

L’exposition organisée par Beaune autour de la figure de Nicolas Rolin, chancelier de Bourgogne à l’époque de Philippe le Bon et de Charles le Téméraire, vaut le voyage malgré son caractère un peu étrange. Montée trop vite, elle est très brouillonne, à l’image de son catalogue dont la forme est quasiment impressionniste. À l’image aussi de son parcours auquel on ne comprend pas vraiment grand chose. Mais ces réserves réelles ne doivent pas cacher ses nombreuses qualités, au premier rang desquelles, et c’est tout de même très important, la beauté et la rareté des œuvres présentées. Beaucoup d’entre elles sont très peu connues car conservées dans des églises et rarement exposées ou dans des réserves de musées. Tout amateur d’art français et nordique du XVe siècle doit se rendre à Beaune, une ville qu’on a toujours plaisir à découvrir ou à redécouvrir. Nous nous contenterons ici, plutôt que de nous attarder sur le discours que nous peinons à comprendre, sur les œuvres majeures ou peu connues (parfois les deux), que l’on peut y voir. Précisons tout de même que les essais du catalogue, pris individuellement, sont tous intéressants, notamment ceux qui détaillent tel ou tel objet exposé.


1. La reproduction du retable de Rogier van der Weyden en cours d’installation
Photo : Didier Rykner
Voir l´image dans sa page
2. Rogier van der Weyden (1399/1400-1464)
Le Jugement dernier
Huile sur panneaux - 220 x 548 cm
Beaune, Musée de l’Hôtel-Dieu
Photo : Didier Rykner
Voir l´image dans sa page

Le parcours se partage sur trois lieux entre l’Hôtel-Dieu, l’Hôtel des Ducs de Bourgogne et le musée. Dans la grande salle des malades de l’Hôtel-Dieu, dite salle des Pauvres, nous passerons rapidement sur l’hologramme de Nicolas Rolin (sic) qui accueille les visiteurs, gadget aussi coûteux qu’inutile, et sur la reproduction du retable de Rogier van der Weyden, grandeur nature, qui a été ajouté à son emplacement d’origine (ill. 1) : rappelons que cet…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire.

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.