Prix Marianne Roland Michel


En souvenir de l’historienne d’art qu’était Marianne Roland Michel, sa famille a fondé un prix qui sera décerné pour aider à la publication de manuscrits qui s’inscriront dans la suite de ses travaux.

Nature du prix

Les ouvrages porteront notamment sur les thèmes suivants

Les artistes du XVIIIe siècle français
Les phénomènes liés à la rocaille
Les arts graphiques
La nature morte
Le paysage
Voyages d’artistes et transferts de modèles
Les collections et le commerce de l’art

Cette liste n’est pas exclusive, mais le manuscrit primé devra avoir un lien avec les sujets d’intérêt de Marianne Roland Michel.

Le prix sera décerné à un ouvrage qui apportera une réflexion originale et ne se contentera pas de regrouper une documentation fût-elle en partie neuve. (catalogue, sources d’archives…)
Les manuscrits présentés devront l’être sous une forme publiable. Tout type de manuscrit peut être reçu ; en ce qui concerne les thèses, elles devront avoir été remaniées afin que la délibération porte sur des ouvrages aboutis. La langue devra être le français ou l’anglais.
Le prix peut être aussi décerné à un ouvrage manuscrit écrit dans une autre langue pour aider à sa traduction et sa publication en français ou encore à un livre important, paru dans les quinze dernières années et dont la traduction en français comblerait une lacune gênante.
Les manuscrits ne pourront pas être présentés plus de deux fois.

Valeur du prix

Ce prix sera doté d’une somme de 10 000 euros. 1000 euros seront versés au lauréat, et 9000 euros seront directement versés à l’éditeur. En cas de frais extraordinaires liés à la publication du livre (traduction d’un manuscrit, notamment), l’ensemble de la somme sera entièrement versée à l’éditeur et un supplément pourra être accordé..
Si aucun manuscrit ne paraît satisfaisant à la commission, le prix sera mis en réserve et distribué l’année suivante ou ultérieurement si il n’y a pas, l’année suivante, deux bons manuscrits à primer. En aucun cas, il ne sera distribué par défaut à un travail qui serait jugé médiocre.

La commission

Le prix sera décerné par une commission de cinq personnes, choisies par le Comité Français d’Histoire de l’Art, dont deux seront nécessairement de nationalité étrangère. Nul ne pourra siéger plus de cinq années consécutive dans la commission, qui devra être renouvelée progressivement ; toutefois, à moins de démission, la même commission restera en place durant les deux premières années..
Un membre de la famille de Marianne Roland Michel participera aux travaux de la commission avec voix consultative.
Les candidats, invités à se faire connaître, enverront leur manuscrit en trois exemplaires afin que chaque membre de la commission puisse forger son avis en connaissance de cause. Chacun sera invité à classer les manuscrits qui lui auront été soumis.
En cas d’hésitation entre deux manuscrits excellents, les années où il n’y aurait pas de prix en réserve, le choix portera sur celui qui se rapproche le plus de l’art français du XVIIIe siècle et des préoccupations de Marianne Roland Michel.
Au cas où il s’agirait d’un manuscrit – ou d’un ouvrage – écrit dans une langue que ne lit pas un membre de la commission, celle-ci peut faire appel à des experts extérieurs, qui recevront aussi une indemnité.

Conditions supplémentaires

Sur la page de titre du livre publié devra figurer la mention Prix Marianne Roland Michel et l’année du prix.
Cinq exemplaires seront remis à la famille de Marianne Roland Michel.

Jury 2010
- Philippe Bordes, professeur d’histoire de l’art moderne à l’université Lyon II - Louis
Lumière
- Thomas Kirchner, professeur d’histoire de l’art à la Johann Wolfgang Goethe
Universität, Frankfurt am Main
- Melissa Hyde, associate professor d’histoire de l’art à l’University of Florida,
Gainesville
- Patrick Michel, professeur d’histoire de l’art moderne à l’université de Lille III Charles de Gaulle
- Pierre Rosenberg, de l’Académie française

La date limite de réception des candidatures est fixée au mercredi 9 juin 2010.
Les dossiers doivent être adressés à M. Philippe Sénéchal, président du Comité français d’histoire de l’art, INHA, 2, rue Vivienne 75002 Paris.


La Tribune de l’Art, lundi 17 mai 2010





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Annonces de chercheurs : Les frères MAUMÉJEAN, peintres verriers - Paris - Hendaye - Madrid - (1900-1960)

Article suivant dans Annonces de chercheurs : Éponine et Sabinus