Portraits de Cézanne Contenu abonnés


Paris, Musée d’Orsay, du 13 juin au 24 septembre 2017

Londres, National Portrait Gallery, du 26 octobre 2017 au 11 février 2018

Washington, National Gallery of Art, du 25 mars au 1er juillet 2018

JPEG - 42 ko
1. Paul Cézanne (1839-1906)
Portrait du fils de l’artiste, 1881-1882
Huile sur toile - 38 × 38 cm
Paris, Musée de l’Orangerie
Photo : Musée de l’Orangerie
Voir l'image dans sa page

« Comme une pomme ». C’est la manière dont un modèle doit se tenir devant Cézanne pour que le maître réalise son portrait. C’est pour cette raison que celui d’Ambroise Vollard ne fut jamais terminé1... Cézanne peignait-il ses portraits comme des natures mortes ? Ou l’inverse ? Car il avait aussi cette faculté de faire perdre aux fruits « tout caractère comestible, tant ils ont pris réalité de choses, tant leur présence têtue les rend indestructibles » affirmait Rilke2. Homme ou pomme, c’est la forme vivante qui intéresse le peintre et qu’il veut saisir, mobile, mais au repos. Pour ce faire, il demande à ses modèles non seulement de ne pas bouger, mais de ne jouer aucun rôle, n’esquisser aucun geste, aucune expression.

C’est le genre même du portrait qu’il remet en cause, puisque il ne semble pas vouloir transcrire une ressemblance physique, psychologique ni même sociale. Tel est l’un des principes du portrait moderne en peinture - que l’on retrouve chez Manet ou Degas - à une époque où la photographie se développe : l’individualité du modèle s’efface devant la personnalité de l’artiste, au point qu’on a reproché au maître de transformer son sujet en objet. Et pourtant, il affirme que «  l’aboutissement de l’art, c’est la figure ». Loin de l’idéalisation ou du panache du portrait mondain, Cézanne s’affranchit des exigences du commanditaire en représentant ses proches (ill. 1), en se représentant lui-même, ou encore en choisissant les ouvriers et les paysans de son entourage qui restent anonymes sur la toile.

JPEG - 44.1 ko
2. Paul Cézanne (1839-1906)
L’Homme au bonnet de coton.
L’Oncle Dominique
, vers 1866
Huile sur toile - 79,7 × 64,1 cm
New York, The Metropolitan Museum of Art
Photo : Metropolitan Museum of Art
Voir l'image dans sa page

Le Musée d’Orsay fait preuve d’une certaine…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Expositions : Caroline, sœur de Napoléon, reine des arts

Article suivant dans Expositions : Une Renaissance en Normandie