Portes Art Déco du conservatoire : pas perdues pour tout le monde


4/5/15 - Patrimoine - Paris, conservatoire de musique - Le conservatoire à rayonnement régional de Paris, ancien conservatoire national supérieur de musique affecté à la ville de Paris depuis son départ pour la Cité de la Musique, est un bâtiment sévère en pierre de taille, ancien collège de Jésuites, datant sans doute du début du XXe siècle1, situé au 16 rue de Madrid.


JPEG - 226.1 ko
1. Vue actuelle de l’entrée du conservatoire au 16 rue de Madrid
Photo : Google Street
JPEG - 208.5 ko
2. Vue de l’entrée du conservatoire à une date indéterminée
Photo : D. R.

Sa façade sans grâce est particulièrement enlaidie par des portes modernes en verre, ce qui se fait dans le genre de plus banal et de plus moche. Elle était pourtant ornée jadis de très belles portes Art Déco (ill. 2) « en acier alterné de boules de bronze » dues à Gilbert Poillerat, également l’auteur des portes du palais de Chaillot.
« Cette commande particulière probablement liée aux dégâts de la grande guerre sur le collège de Jésuites Saint Ignace, où s’est installé le Conservatoire National de Musique de Paris, donnera lieu à la présentation à l’occasion de l’exposition universelle de modèles de portes similaires qui figurent dans : G.Poillerat, Ferronnier d’art, aux editions d’Art Ch Moreau, Paris p 27-31 ». Cette précision figure sur le catalogue de la vente de ces portes qui aura lieu via la SVV Joron Derem le jeudi 7 mai à l’hôtel Drouot2.


JPEG - 133.5 ko
3. Photo d’une des portes de l’entrée
du conservatoire 16 rue de Madrid à
une date indéterminée avec une porte
de
Photo : D. R.
JPEG - 244 ko
4. Gilbert Poillerat (1902-1988)
Anciennes portes du conservatoire, 16 rue de Madrid
Fer et bronze - 360 x 230 cm (une) et 360 x 196 cm (deux autres)

Nous n’avons pas trouvé à quelle date les travaux de remplacement de ces portes ont été réalisés. Sans doute lors de la réfection du bâtiment en 1994-1996, qui consista notamment à le surélever3. Ce qui est certain, en revanche, c’est qu’ôter des portes Art Déco spécialement faites pour cet endroit est un nouvel exemple de vandalisme officiel. Et celui-ci aura au moins été profitable à quelqu’un : on aimerait connaître les raisons pour lesquelles elles ont été vendues à l’époque et à qui, selon quel critère d’attribution (à moins qu’elles n’aient été jetées et récupérées) ? Elles sont estimées aujourd’hui 20 à 30 000 €...


Didier Rykner, lundi 4 mai 2015


Notes

1Nous n’avons pas vérifié ce point, ici secondaire.

2Précisons que la maison de vente n’est ici pas en cause, elle vend ce qu’on lui apporte et en l’occurrence rien n’est illégal.

3Les maîtres d’œuvre de cette restructuration ont été les architectes Dubosc et Landowski. Nous avons joint Marc Landowski qui ne se souvient pas des portes, mais qui nous a confirmé que le chantier fut très important et, sur son conseil, la direction de l’architecture de la Mairie du 8e arrondissement qui n’a pas pu nous renseigner.





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Brèves : Clandon House détruit par le feu

Article suivant dans Brèves : Un Degas pour Copenhague