Polémique autour de la vente de The Gross Clinic de Thomas Eakins


JPEG - 32.9 ko
Thomas Eakins (1844-1916)
The Gross Clinic, 1875
Huile sur toile - 244 x 198 cm
En cours de vente
par la Thomas Jefferson University de Philadelphie
Photo : D.R.

21/11/06 – Patrimoine – Philadelphie / Washington / Bentonville (Arkansas)– C’est une véritable onde de choc qui a secoué Philadelphie lorsqu’a été annoncée, le 11 novembre, la vente par la Thomas Jefferson University du tableau de Thomas Eakins, The Gross Clinic (ill.) pour la somme de 68 millions de dollars, à la National Gallery de Washington associée au Crystal Bridges Museum of American Art.

The Gross Clinic représente le Dr Samuel Gross pratiquant une opération devant des étudiants en chirurgie de la Jefferson University. Il s’agit sans doute de l’une des peintures américaines les plus importantes. Pour certains, cette œuvre est une partie de l’âme de Philadelphie (Steve Conn, The Philadelphia Inquirer, 16/11/06). La Thomas Jefferson University a donné 45 jours à la ville (soit jusqu’au 26 décembre) pour réunir les 68 millions de dollars qui permettraient de la conserver.

De nombreuses voix se sont élevées à Philadelphie pour protester contre cette opération, et des manifestations ont même eu lieu sur le campus. Le tableau est en effet profondément lié à l’histoire de la ville et de l’Université, non seulement en raison de son sujet mais parce qu’il fut donné à l’établissement en 1878 par d’anciens élèves. Le maire a demandé à la Philadelphia Historical Commission de le classer « objet historique » (historical object), ce qui ne pourrait pas arrêter sa vente, mais permettrait éventuellement d’interdire son déplacement hors de la cité. Parallèlement, le Philadelphia Museum of Art et la Pennsylvania Academy of the Fine Arts ont annoncé qu’ils allaient tenter de réunir la somme demandée auprès d’institutions et de mécènes privés.

Le Crystal Bridges Museum of American Art (Bentonville, Arkansas) est un musée qui n’est encore qu’à l’état de projet. La vente s’est faite par l’intermédiaire de Christie’s... L’acquisition par deux institutions, phénomène qui a tendance à se développer, et qui aboutit à un déplacement incessant des objets, rajoute encore au scandale.

Sources : site Internet de la Thomas Jefferson University ; divers sites de journaux américains.


Didier Rykner, mardi 21 novembre 2006





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Brèves : Le tableau de Goya retrouvé

Article suivant dans Brèves : Un fonds Bouchardon père et fils pour Chaumont