Plusieurs portraits par les Rigaud acquis par Perpignan


Nous avons publié cet article le 7 février au soir, et Ariane James-Sarazin nous a signalé fort aimablement que les deux portraits reproduits étaient deux œuvres acquises en 2016 par le Musée de Perpignan, mais dues également à Hyacinthe Rigaud. Le musée nous les avaient envoyées comme les photos des deux Gaspard Rigaud. Nous avons donc modifié cet article. Ce sont donc cinq portraits, trois par Hyacinthe, et deux par Gaspard, qui ont été acquis par Perpignan.

JPEG - 122.2 ko
1. Hyacinthe Rigaud (1659-1743)
Portrait de Gaspard Rigaud, 1691
Huile sur toile - 79 x 62 cm
Perpignan, Musée d’art Hyacinthe Rigaud
Photo : Musée Hyacinthe Rigaud
Voir l'image dans sa page

7/2/17 - Acquisitions - Perpignan, Musée Hyacinthe Rigaud - Un tableau de Hyacinthe Rigaud est récemment réapparu : découvert par Michel Reymondin, il se trouvait dans une collection suédoise et vient d’être acheté par le musée de Perpignan. Il s’agit d’un portrait représentant le frère de l’artiste, Gaspard Rigaud (ill. 1).

Peint en 1691, il correspond peut-être à celui qui fut exposé au Salon de 1704, en pendant à un Autoportrait de Hyacinthe Rigaud. C’est ce que suggère Ariane James-Sarazin dans le catalogue raisonné de l’œuvre du maître publié aux éditions Faton en novembre 2016 (nous en reparlerons bientôt). Rigaud garda ensuite cette effigie de son frère dans son appartement jusqu’à sa mort. Comme le signale Claire Muchir, directrice du musée, il fut par la suite acquis par David von Schinkel (1743-1807), qui était traducteur officiel auprès de Bernadotte. Restée dans la famille, la toile fut déposée au château de Tidö Slott, acheté par le baron Carl-David von Schinkel en 1890 et détenu encore aujourd’hui par les descendants de celui-ci.

Gaspard, représenté en buste, la tête tournée vers sa gauche, coiffé d’une perruque noire, est élégamment négligé, vêtu de riches habits, sa chemise s’échappant de son col défait. Comme toujours chez Rigaud les matières sont traduites avec soin. Stephan Perreau remarque que la composition est la même que celle d’un Portrait d’homme peint par Rigaud, exposé à la galerie Mendès en 2010 ; le maître utilise une pose similaire pour représenter Charles de La Fosse en 1682 ou encore Everhard Jabach en 1688.


JPEG - 177.1 ko
2. Hyacinthe Rigaud (1659-1743)
Antoine Rousseau de Thelonne, 1737
Huile sur toile
Perpignan, Musée d’art Hyacinthe Rigaud
Photo : Musée Hyacinthe Rigaud
Voir l'image dans sa page
JPEG - 198.7 ko
3. Hyacinthe Rigaud (1659-1743)
Marie Charlotte Rousseau née Bouche, 1737
Huile sur toile
Perpignan, Musée d’art Hyacinthe Rigaud
Photo : Musée Hyacinthe Rigaud
Voir l'image dans sa page

Deux autres portrraits par Hyacinthe Rigaud ont également été acquis en 2016 par le musée de Perpignan, directement d’une collection privée (ill. 2 et 3).


JPEG - 81.6 ko
4. Gaspard Rigaud (1661-1705)
Portrait d’homme, 1699
Huile sur toile
Perpignan, Musée Rigaud
Photo : D. R.
Voir l'image dans sa page
JPEG - 82.4 ko
5. Gaspard Rigaud (1661-1705)
Portrait de femme, 1699
Huile sur toile
Perpignan, Musée Rigaud
Photo : D. R.
Voir l'image dans sa page

Éclipsé par son frère, Gaspard Rigaud fut pourtant peintre lui aussi. D’abord actif à Montpellier, où il entra dans l’atelier d’Antoine Ranc en 1678 (sa fille épousera Jean Ranc en 1715), il rejoignit en 1695 l’atelier parisien de Hyacinthe qui venait de réaliser le premier portrait de Louis XIV et devait faire face à de multiples commandes. Gaspard produisit plusieurs portraits, trouvant sa clientèle au sein de la bourgeoisie parisienne. On peut voir deux exemples de son art dans les collections de Perpignan, achetés dans une vente à Blois en octobre 2015 (ill. 4 et 5). Il fut agréé à l’Académie en 1701 et mourut en 1705.

Actuellement fermé pour des travaux de rénovation et d’agrandissement, le Musée Rigaud rouvrira ses portes le 25 juin 2017.


Bénédicte Bonnet Saint-Georges, mardi 7 février 2017





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Brèves : Un portrait de Voltaire par Houdon préempté par le CMN

Article suivant dans Brèves : Les images du Metropolitan Museum of Art librement réutilisables