Plusieurs œuvres données au Petit Palais par les descendants de Charles Girault


7/12/12 - Acquisitions - Paris, Petit Palais, Musée des Beaux-Arts de la Ville de Paris - Nous indiquions le 26 novembre dernier, à l’occasion de l’acquisition par le Petit Palais, Musée des Beaux-Arts de la Ville de Paris, d’un dessin de Charles Girault (voir la brève du 26/11/12), que nous pourrions bientôt parler d’une actualité concernant ce même architecte et ce même musée.
Celui-ci vient en effet de recevoir une importante donation des descendants de Charles Girault. Celle-ci se compose à la fois d’œuvres de l’artiste, de portraits le représentant, de livres et de médailles, ainsi que d’objets lui ayant appartenu.

Les portraits de Girault sont les suivants :


JPEG - 49.9 ko
1. Denys Puech (1854-1942)
Portrait de Charles Girault, 1920
Terre cuite - 60 x 33 x 30 cm
Paris, Petit Palais
Photo : D. R.

- un buste en terre cuite de Denys Puech (ill. 1), inscrit et signé sur le socle : A mon grand confrère et ami, Ch. Girault. D. Puech. Paris 19201.


JPEG - 73.8 ko
2. Émile Peynot (1850-1932)
Portrait de Charles Girault, 1885
Bronze - Diamètre : 19 cm
Paris, Petit Palais
Photo : D. R.

- un médaillon en bronze d’Emile Peynot (ill. 2), qui fut prix de Rome de sculpture en 1880 et qui se spécialisa par la suite dans la construction de monuments aux morts.


JPEG - 55 ko
3. François Schommer (1850-1835)
Portrait de Charles Girault, 1919
Huile sur toile - 74 x 60,5 cm
Paris, Petit Palais
Photo : D. R.

- un portrait peint de François Schommer (ill. 3), l’un des grands décorateurs de la Troisième République.


JPEG - 101.6 ko
4. Charles Girault (1851-1932)
Projet d’ex-libris
Encre de Chine et mine de graphite - 21,4 x 31,6 cm
Paris, Petit Palais
Photo : D. R.
JPEG - 104.9 ko
5. Charles Girault (1851-1932)
Villa d’Hadrien – Coupe longitudinale du Péristyle
du Palais de l’Empereur – Etat actuel

Aquarelle et mine de graphite - 47,5 x 197 cm
Paris, Petit Palais
Photo : D. R.

La donation comporte également un projet d’ex-libris par Charles Girault, dessin représentant le Petit Palais (ill. 4), une grande aquarelle faisant partie d’un de ses travaux lors de son séjour à l’Académie de France à Rome où il travailla (bien sûr virtuellement) sur la Villa d’Hadrien (ill. 5), et un pastel de René-Joseph Gilbert2 (ill. 6).


JPEG - 65.4 ko
6. René-Joseph Gilbert (1858-1914)
Portrait de femme à l’aigrette, 1909
Pastel - 65 x 54 cm
Paris, Petit Palais
Photo : D. R.

Les médailles, au nombre de dix-huit, sont en rapport avec la carrière de l’architecte. Certaines, dues à Edouard Gatteaux l’ami d’Ingres, sculpteur et collectionneurs, témoignent de récompenses gagnées à l’Ecole des Beaux-Arts, d’autres sont signées par Oscar Roty (ill. 7), Eugène Oudiné, Paul Landowski (ill. 8)... On signalera également des photographies (dix portraits de Girault par divers photographes...) et un Projet d’ouvrage sur les tribunes de Longchamp comprenant des photographies et des dessins.


JPEG - 83.3 ko
7. Oscar Roty (1846-1911)
Louis Pasteur, 1892
Argent - 6,6 x 4,6 cm
Paris, Petit Palais
Photo : D. R.
JPEG - 49.9 ko
8. Paul Landowski (1875-1961)
Raymond Thamin, 1931
Bronze - 7 x 7 cm
Paris, Petit Palais
Photo : D. R.

JPEG - 80.9 ko
9. Auguste Guilbert-Martin (1826-1900)
d’après Luc-Olivier Merson
L’Espérance
Mosaïque - 142,5 x 112 x 10 cm
Paris, Petit Palais
Photo : D. R.

On conclura cet article avec l’une des plus belles œuvres de cette donation, une mosaïque d’Auguste Guilbert-Martin, représentant L’Espérance (ill. 9). Spécialiste de cette technique (il réalisa notamment à la Madeleine la mosaïque du chœur représentant Les Origines de la Foi Chrétienne en Gaule), ce dernier avait travaillé en 1895 avec Charles Girault à la crypte de l’Institut Pasteur. L’artiste avait représenté quatre vertus d’après Luc-Olivier Merson, notamment L’Espérance dont le carton a été acquis récemment par le Petit Palais (voir la brève du 27/10/09).
La mosaïque qui vient d’être offerte au Petit Palais est également réalisée d’après le dessin de Luc-Olivier Merson dont elle porte le monogramme, mais présente de nombreuses différences avec celle exécutée dans la crypte. Il s’agit probablement d’un essai permettant de se rendre compte de l’effet obtenu. Guilbert-Martin fut amené par la suite à retravailler avec Chales Girault, notamment pour la frise de la façade du Grand Palais dont l’architecte coordonnait la construction.

English Version


Didier Rykner, vendredi 7 décembre 2012


Notes

1Contrairement à ce que nous avions écrit par erreur, Puech n’est pas l’auteur du bassin sculpté de style Art Nouveau qui se trouve sur le côté nord du Grand Palais. Il s’agit en réalité de Raoul Larche, comme deux lecteurs nous l’ont fait remarquer.

2Nous illustrons ici ces deux dernières œuvres malgré la mauvaise qualité des photos en espérant pouvoir bientôt les remplacer.





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Brèves : Le Getty acquiert un manuscrit enluminé du XVe siècle

Article suivant dans Brèves : Lyon tente d’acquérir deux Fragonard classés trésors nationaux