Plusieurs expositions de sculptures dans des galeries parisiennes Contenu abonnés


JPEG - 51.6 ko
1. Bartolomeo Ammannati (1511-1592)
Génie Médicis, vers 1556
Cire - 31 x 9,5 x 17
Paris, galerie Ratton-Ladrière
Photo : galerie Ratton-Ladrière
Voir l'image dans sa page

18/9/12 - Marché de l’art - Paris - Longtemps, la sculpture est restée à Paris l’un des parents pauvres du marché de l’art. A l’exception notable de Patrice Bellanger qui, comme tous les deux ans, participe à la biennale, et de la galerie Ratton-Ladrière, les marchands présents dans cette spécialité restent très rares.

Il est donc particulièrement heureux que plusieurs galeries parisiennes présentent simultanément des expositions de sculptures.
Nous commencerons cette revue par la galerie Ratton-Ladrière1. On y verra notamment plusieurs œuvres de la Renaissance italienne dont trois petits tondi en marbre d’Agostino di Duccio et une statuette en cire par Bartolomeo Ammannati (ill. 1), mais aussi un beau buste en marbre de Jacques Sarazin, deux bustes en terre cuite par Antoine Coysevox et, peut-être (il s’agit d’une attribution), Jean-Jacques Caffieri. On remarquera enfin un très beau groupe en terre cuite, d’un sculpteur français du XVIIIe siècle (peut-être Jean-Thierry, représentant Circé tend la potion magique à Ulysse après avoir transformé ses compagnons en pourceaux. Un catalogue aux riches notices a été publié.


JPEG - 83.6 ko
2. Jean-Auguste Barre (1811-1896)
Léonor Chabot, comte de Charny, gouverneur de Bourgogne,
sauve du massacre de la Saint Bartélemy, les Huguenots de cette province,
en refusant d’exécuter les ordres de Charles IX
, 1841
Plâtre - 63 x 108 cm
Galerie Yates-Trebosc-Van Lelyveld
Photo : galerie David & Constance Yates
Voir l'image dans sa page

Une autre galerie vient d’ouvrir ses portes à Paris, en association avec les marchands new yorkais bien connus David et Constance Yates. Celle-ci se trouve au 8, rue des Moulins dans le 1er arrondissement, près de l’avenue de l’Opéra, et présente actuellement un ensemble de sculptures essentiellement du XIXe siècle. On retiendra de leur…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Brèves : La Biennale 2012 confirme son orientation vers les arts décoratifs

Article suivant dans Brèves : Ouverture du département des Arts de l’Islam au Louvre