Plusieurs expositions dans des galeries parisiennes


JPEG - 107.3 ko
1. David d’Angers (1788-1856)
Buste d’Antoine-Jean, baron Gros
Terre cuite - 33 x 25 cm
Tomasso Brothers Fine Art
Photo : Tomasso Brothers Fine Art

23/11/15 - Marché de l’art - Paris - Nous avions prévu d’écrire et de publier samedi 14 novembre une brève sur les expositions parisiennes dans les galeries. Pour des raisons assez évidentes, nous n’avons finalement rien publié pendant trois jours. Et cet article a pris beaucoup de retard, au point que quelques-unes de ces expositions sont désormais terminées. C’est notamment vrai du premier accrochage proposé par deux jeunes marchands qui viennent juste de se lancer dans le métier, et qu’il est souhaitable d’encourager. Il s’agit de Christian Le Serbon et Benoît de Lardemelle, qui pour l’occasion s’étaient installés temporairement dans l’ancienne galerie de La Scala. Ils y présentaient un grand nombre d’œuvres intéressantes des XVIIIe et XIXe siècle. Nous en reparlerons très vite puisqu’ils ont déjà vendu à des musées.
Autre accrochage, qui a duré trois jours seulement (du 13 au 15 novembre) mais était d’un niveau très élevé, celui qu’a abrité Élizabeth Royer place du Palais-Bourbon : Derek John et Tommaso Brothers y présentaient des sculptures et des tableaux anciens. Nous aurions pu retenir beaucoup d’œuvres parmi celles exposées, et nous reproduirons ici un superbe buste en terre cuite de David d’Angers, représentant le baron Gros (ill. 1).

D’autres expositions peuvent toujours être visitées dans les jours à venir. Philippe Mendes ne se contentait pas d’en présenter une remarquable dans la galerie que l’on connaît : il a ouvert, juste en face de sa première boutique, une seconde galerie où il montrera les œuvres du XIXe siècle. Dans son exposition (voir le catalogue en ligne ici), on remarquait notamment une très belle toile d’Hubert Robert (ill. 2), un superbe tableau d’Alessandro Magnasco et deux grands plans peints de Venise et de Paris, commandes au XVIIe siècle de l’archevêque de Bologne Girolamo I Colonna.


JPEG - 152.2 ko
2. Hubert Robert (1733-1808)
La Colonnade, 1788
Huile sur toile - 102 x 144 cm
Galerie Philippe Mendes
Photo : Galerie Philippe Mendes
JPEG - 142.1 ko
3. Jean-Baptiste Pater (1695-1736)
La Halte de chasse, vers 1730-1736
Huile sur toile - 56 x 47 cm
Galerie Alexis Bordes
Photo : Galerie Alexis Bordes

Autre jeune marchand parisien qui organise régulièrement des expositions accompagnées à chaque fois d’un vrai catalogue (en ligne ici) : Alexis Bordes. Si l’année dernière il proposait un tableau de Nicolas Lancret aussitôt acquis par le Musée des Beaux-Arts de Montréal (voir la brève du 22/3/15), il présente aujourd’hui un Jean-Baptiste Pater extrêmement subtil et raffiné (ill. 3), aux côtés d’autres beaux tableaux, notamment du XVIIIe siècle (Boucher, Drouais, Noël Hallé...).


JPEG - 166.5 ko
4. Didier Petit de Meurville (1793-1873)
Étude de ciel
Gouache sur papier - 14,2 x 23 cm
Galerie Fabienne Fiacre
Photo : Galerie Fabienne Fiacre
JPEG - 232.4 ko
5. Henri-Frédéric Schopin (1804-1880)
Vision du cardinal de Richielieu sur son lit de mort
Huile sur toile - 58 x 97 cm
Galerie Arnaud Charvet
Photo : Galerie Arnaud Charvet

Passons rapidement sur la Rive Gauche où trois galeristes présentent également des expositions, mais sans catalogue hélas. Fabienne Fiacre montre ainsi des œuvre du XIXe siècle, notamment des paysages, dont un très bel ensemble d’études de ciel à la gouache par le méconnu Didier Petit de Meurville (ill. 4), tandis que chez Arnaud Charvet nous retenons deux tableaux de Salon : le premier, exposé en 1869, montre un homme d’arme au XVIe siècle et est dû à Charles-Antoine Loyeux ; le second, par Henri Frédéric Schopin, fut montré deux ans plus tard et représente Richelieu sur son lit de mort, dans une vision fantastique ou le cardinal fuit l’apparition macabre de deux têtes de mort (ill. 5). Enfin, la galerie F. Baulme Fine Arts, spécialisée dans la peinture ancienne, se partage, comme à son habitude, entre tableaux français et italiens.


JPEG - 96.8 ko
6. Jean-Augustin Renard (1744-1807)
Vue de la loggia de la Villa Médicis
Sanguine - 32,5 x 45,3 cm
Collection particulière
Photo : Galerie de Bayser

La dernière exposition - on repasse à nouveau sur la Rive Droite - se termine le 27 novembre et il faut donc se dépêcher de s’y rendre, d’autant que les œuvre n’y sont pas à vendre et vont retourner dans la collection où elles sont conservées. Il s’agit du fonds d’atelier d’un architecte de la seconde moitié du XVIIIe siècle, Jean-Augustin Renard montré à la galerie de Bayser. Celle-ci a publié à cette occasion un nouveau volume (le 18ème) de sa collections des Cahiers du dessin français, dû à Nicole Wilk-Brocard et Alexandre Gady.


Didier Rykner, lundi 23 novembre 2015





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Brèves : La rue Chaptal, nouveau quartier d’antiquaires à Paris

Article suivant dans Brèves : L’Opéra au tribunal