Plusieurs dépôts importants pour le Musée des Beaux-Arts de Rennes Contenu abonnés


JPEG - 288.5 ko
1. Hendrick ter Brugghen (1588-1629)
Christ aux outrages
Huile sur toile - 172 x 135 cm
Paris, Musée de l’Assistance Publique
en dépôt au Musée des Beaux-Arts de Rennes
Photo : MBA de Rennes

21/7/16 - Dépôts - Rennes, Musée des Beaux-Arts - Les enrichissements des musées peuvent se faire par d’autres moyens que les achats, les dons ou les legs. Il existe dans notre pays tant d’œuvres en déshérence, tant d’objets conservés dans des réserves et que l’on ne pourra jamais voir exposés qu’il est souhaitable de réfléchir aussi aux manières de présenter ce patrimoine.

Le Musée des Beaux-Arts de Rennes, dont nous ne cessons de louer la politique remarquable qu’il mène depuis quelques années, l’a bien compris. Outre ses acquisitions (il y en a de nombreuses, et nous parlerons des plus récentes dans plusieurs brèves à venir), cet établissement a pu accrocher récemment sur ses murs beaucoup d’œuvres qui complètent et renforcent ses collections, sans avoir à dépenser un euro (si ce n’est en transport).
Il faut distinguer plusieurs types de dépôt. D’une part ceux qui consistent à montrer des œuvres de musées actuellement fermés pour travaux. Nous voulons ici parler de véritables travaux, pas d’un prétexte pour fermer un musée qui ne doit plus rouvrir. C’est ainsi que l’on peut voir actuellement à Rennes deux tableaux des collections de Nantes : la Portrait de femme de Virginia Vezzi, acquis en 2009 (voir la brève du 23/4/09) et un grand chef d’œuvre de son époux, Simon Vouet, L’Apothéose de saint Eustache. Si ces deux toiles vont bientôt rejoindre leur musée d’origine pour sa prochaine réouverture, quatre autres tableaux du XVIIe siècle viennent de prendre leurs quartiers sur les cimaises du musée de Rennes. Il s’agit ici d’un deuxième type de dépôt : montrer des collections de musées fermés dont on ne sait pas quand ils rouvriront, ni même s’ils rouvriront vraiment. Cela permet au moins de présenter ces tableaux au public et de rappeler l’existence du musée afin de ne…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Brèves : Une esquisse de Pierre Lacour pour Bordeaux

Article suivant dans Brèves : Acquisitions des XVIIe et XVIIIe siècles du Musée des Beaux-Arts de Rennes