Picasso cubiste


Paris, Musée Picasso. Du 19 septembre 2007 au 7 janvier 2008.

JPEG - 214.2 ko
1. Pablo Picasso (1881-1973)
Homme à la clarinette, 1911
Huile sur toile - 106 x 69 cm
Madrid, Museo Thyssen-Bornemisza
© Succession Picasso

Organiser une telle exposition tenait du défi. Le prétexte était celui du centième anniversaire des Demoiselles d’Avignon qui marque officiellement la naissance du cubisme. Il aurait été étonnant que cette toile mythique fut prêtée pour l’occasion par le Museum of Modern Art de New York. Ce n’est évidemment pas le cas. A défaut, l’exposition présente de très nombreuses feuilles d’études formidables qui témoignent du travail acharné et passionné de Picasso à cette époque. Délimitée par la chronologie 1906-1924, l’exposition propose de cheminer dans l’évolution du peintre catalan depuis la fin de la période rose jusqu’aux toiles du retour à l’ordre. Pour cela, la quasi-totalité des salles a été requise. La plupart des œuvres exposées proviennent du fond du Musée que l’on suppose inépuisable. On remarque également quelques prêts importants en provenance du Guggenheim Museum de New York et du Musée Thyssen-Bornemisza de Madrid.


JPEG - 67.6 ko
2. Pablo Picasso (1881-1973)
Nature morte à la chaise cannée, printemps 1912
Huile et toile cirée sur toile encadrée de corde - 29 x 27 cm
Paris, Musée Picasso
© Succession Picasso

Le parcours de l’exposition débute timidement puis nous fait plonger dans la découverte de la statuaire nègre. Cet apport fondamental est illustré par quelques citations de Picasso rapportant sa visite dans les salles du Musée du Trocadéro. Des masques dignes du Quai Branly étayent un peu la présentation. L’exposition suggère certains propos très intéressants que l’on aurait aimé voir plus développés. D’une part, le nuancement du mythe d’un Picasso démiurge : comme l’indiquent les cartels, le peintre s’est nourri d’influences diverses, depuis les maîtres anciens jusqu’à Gauguin. D’autre part, l’usage très important de la photographie par Picasso dans son processus créatif notamment au moment des Demoiselles d’Avignon.…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :




Tip A Friend  Envoyer par email
imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Expositions : L’Œil gourmand. Parcours dans la nature morte napolitaine du XVIIe siècle

Article suivant dans Expositions : Nicolaes Berchem. Im Licht Italiens