Penser le patrimoine. Mise en scène et mise en ordre de l’art Contenu abonnés


Auteur : Roland Recht

jpg-couverture_penser_patrimoine-jpgCet ouvrage est un recueil d’articles publiés par Roland Recht dans divers livres ou revues, pour l’essentiel dans les années 1990. Regroupés par thèmes, ils sont complétés par quelques études inédites.
Inévitablement, ce type d’exercice aboutit à un résultat un peu hétéroclite. On y trouve à la fois des essais sur le patrimoine et ses relations avec l’histoire de l’art, des réflexions sur les musées contemporains et des textes consacrés à l’histoire du goût.

Cette dernière catégorie n’est pas vraiment de l’histoire de l’histoire de l’art, une problématique dont nous avouons nous lasser un peu, tant cette sous-discipline a pris ces dernières années un développement disproportionné. L’histoire de l’histoire de l’art a un côté un peu nombriliste. Elle finit par remplacer l’histoire de l’art elle-même, quand il reste tant de champs inexplorés. Roland Recht s’intéresse plutôt à l’histoire de la relecture des œuvres, à la manière dont celles-ci étaient perçues au moment où elles sont entrées définitivement dans le champ de l’histoire de l’art. C’est ainsi que le chapitre intitulé « L’invention du passé dans le cercle du jeune Goethe » se penche sur la « découverte » d’un artiste mythique, Erwin von Steinbach, dont l’existence a été inventée par une époque qui regardait à nouveau le gothique et s’efforçait d’individualiser le génie, et celle d’un peintre cette fois-ci bien réel mais que l’on confondait au début avec Dürer : Matthias Grünewald. Que ces deux textes, écrits à près de trente ans d’écart, s’articulent aussi bien, témoigne d’une véritable constance dans certains thèmes étudiés par Roland Recht.

L’une des contributions les plus intéressantes de l’auteur est son analyse de la muséographie des cours Marly et Puget du Musée du Louvre. Datant de 1994, elle est encore d’actualité puisque la physionomie de cette partie du Louvre n’a guère évolué depuis. Il s’y montre assez critique, regrettant que de nombreuses statues semblent, selon lui, « flotter »,…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Publications : The Triumph of Motion : Francesco Bertos (1678-1741) and the Art of Sculpture

Article suivant dans Publications : Les Coraux de Darwin