Peintres de la Bretagne et Quête spirituelle Contenu abonnés


Auteur : Catherine Puget et Philippe Bonnet

jpg-couverture_bretagne_quete-jpgLe Musée de Pont-Aven organise chaque année entre trois et quatre expositions toujours d’un grand intérêt. Bien que nous n’ayons pu voir celle de l’été dernier, son catalogue atteste qu’elle ne dérogeait pas à la règle. Signalons que c’est le dernier projet dû au travail de Catherine Puget, conservateur du Musée depuis sa fondation et qui a pris sa retraite à la fin de l’été 2006, remplacée par Estelle Fresneau (voir brève du 7/7/2006). Au premier abord, l’intitulé de la manifestation, même si l’on en comprenait le sens, pouvait faire craindre un corpus un peu « fourre-tout » et un concept assez flou. Il n’en est rien et ce catalogue très agréable à feuilleter, comme à lire, suggère fort bien l’adéquation d’un art « spirituel », aussi multiforme soit-il, avec les terres mystérieuses de la Bretagne : artistes bretons ou inspirés par les lieux sans y être nés se rejoignent dans ce voyage vers les Finis Terrae. La séquence chronologique retenue va principalement de la fin de siècle aux années 1920 avec un prolongement toutefois jusqu’à l’époque contemporaine à travers quelques figures locales non exemptes d’intérêt et qui attestent de la pérennité d’une vision spécifiquement bretonne du sacré.
Dans son essai très convaincant, Catherine Puget évoque le passage d’une peinture séduite par le pittoresque (folklore, pardons, rites étranges, costumes et bannières) qui prévaut au milieu du XIXe siècle, alors que la Bretagne, terre isolée et souvent impénétrable, conserve un goût d’exotisme, à une vision plus profonde de la spiritualité bretonne. Derrière les apparences colorées se cache une foi intime et surtout authentique. Au-delà des écoles et des esthétiques, puisque le catalogue réunit des œuvres académiques, réalistes, symbolistes, nabies, c’est la présence d’une Bretagne singulière qui frappe le peintre et le spectateur : espace de résistance au positivisme et au normatisme de la IIIe République, la Bretagne conserve sa langue, ses pratiques religieuses, ses…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Publications : Plusieurs ouvrages reçus

Article suivant dans Publications : Charles de La Fosse 1636-1716. Le maître des Modernes