Patrice Chéreau au Louvre ou le syndrome du coucou Contenu abonnés


Inviter des personnalités extérieures au Louvre, parfois sans rapport avec l’histoire de l’art, pour organiser des expositions, est une bonne idée mise en pratique depuis plus de vingt ans. Elle permet parfois de voir d’un œil différent les œuvres du musée.
Patrice Chéreau est un excellent metteur en scène de théâtre et de cinéma, un dessinateur intéressant comme on le découvre avec les feuilles de sa main exposées dans le couloir des poules au deuxième étage de la Cour Carrée. Mais son intervention au Louvre n’est pas celle d’un invité. Il s’y installe comme s’il était chez lui, un peu comme un coucou fait son nid dans celui du voisin. Qu’on en juge plutôt.


JPEG - 112.6 ko
2. Salon Denon au Louvre
Panneaux acoustiques réflecteurs et gradins installés
pour les représentations de spectacles mis en scène

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Musées : Ouverture du Musée départemental de Flandres à Cassel

Article suivant dans Musées : Jean-Pierre Cuzin : « pourquoi j’accepte de devenir consultant auprès du cabinet Turquin »