Ouverture du Musée Départemental Georges de la Tour à Vic-sur-Seille Contenu abonnés


Voir notre entretien avec Gabriel Diss, conservateur du musée.

A l’heure où tout le monde n’a à la bouche que le mot de décentralisation, quand il ne s’agit souvent que de simples délocalisations, sans aucun moyens supplémentaires (voir notre éditorial à ce sujet), il faut saluer la création du musée départemental de Vic-sur-Seille. A mi-chemin entre Nancy et Metz, ce nouveau musée mérite largement le détour, ne serait-ce que pour y admirer le Saint Jean-Baptiste de Georges de la Tour. Pendant quelques mois, un autre tableau de l’artiste, une Fillette au brasier, conservé dans une collection privée, y est également exposé.

Un bâtiment entièrement moderne

Passons rapidement sur le seul point qui pourrait fâcher : le bâtiment a été construit sur la structure d’une maison du XVIIIe siècle. A vrai dire, il s’agit d’une véritable reconstruction, car rien ou presque, à l’intérieur, comme à l’extérieur, ne rappelle le bâtiment ancien. On nous a assuré que celui-ci ne présentait aucune qualité architecturale, et avait été lourdement remanié ultérieurement, comportant même des éléments en béton. Soit. Ne connaissant pas l’état antérieur, nous ne pouvons critiquer cet aspect du dossier.
Le musée est aujourd’hui un édifice entièrement contemporain, et nous ne devons donc le juger qu’à cette aune. Extérieurement, il n’a pas grand caractère, mais ne tranche pas désagréablement avec l’environnement, ce qui n’est déjà pas si mal. Intérieurement (ill. 1 et 2), l’ensemble est plutôt réussi, même s’il présente ce caractère fréquent dans les musées construits au cours de ces dernières années (par exemple la nouvelle aile du Musée des Beaux-Arts de Nancy) : de multiples angles, refends ou corniches sans aucune justification architectonique. Un peu de simplicité n’aurait pas forcément nui. Mais les salles d’expositions sont agréables, les murs colorés mettent bien les tableaux en valeur, et l’ensemble est assez lumineux. L’escalier latéral, qui dessert les deux niveaux…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article suivant dans Musées : Entretien avec Gabriel Diss (conservateur du Musée Départemental Georges de la Tour de Vic-sur-Seille)