Othon Friesz. Le Fauve baroque Contenu abonnés


Céret, musée d’Art moderne. Du 24 juin au 30 septembre 2007, puis Le Havre, musée Malraux , du 20 octobre 2007 au 27 janvier 2008. Précédemment à La Piscine-musée d’Art et d’Industrie de Roubaix (17 février – 20 mai 2007)

Remarque : En attendant que la jurispudence vienne préciser les termes de la loi sur les droits d’auteur et droits apparentés, nous préférons nous conformer aux exigences de l’ADAGP. Nous retirerons donc, pour les artistes morts depuis moins de 70 ans - ce qui est le cas d’Othon Friesz, les images après la fin des expositions.

JPEG - 3.4 ko
1. Othon Friesz (1879-1949)
Le Port d ’Anvers, 1906
Huile sur toile - 54 x 65 cm
Liège, musée d’Art moderne et contemporain
Photo MAMAC, Liège - © ADAGP, Paris 2007
Voir l'image dans sa page

Mal connu mais essentiel dans la genèse de l’art moderne, l’œuvre d’Othon Friesz peut enfin accéder à la reconnaissance grâce à une exposition de grande ampleur organisée conjointement par trois musées aux riches collections. Après une première étape à la Piscine, musée d’Art et d’Industrie de Roubaix, au printemps dernier, elle tient ses quartiers d’été au musée d’art moderne de Céret, avant de rejoindre à l’automne le musée Malraux du Havre, ville natale de l’artiste.

Au pied des Pyrénées, dans le cadre somptueux de la Catalogne française, le musée de Céret compte actuellement une collection impressionnante d’œuvres issues en grande partie de la générosité des artistes qui y ont séjourné, en particulier des dons de peintres aussi prestigieux que Picasso et Matisse. Tout au long du XXe siècle se côtoient à Céret des artistes partis en quête d’une nature vraie. A quelques kilomètres de Collioure, où a lieu la révolution fauve, et non loin de Barcelone, grand foyer artistique des années 1900, Céret accueille des peintres tels Juan Gris, Frank Burty Haviland, Georges Braque, Max Jacob, Auguste Herbin (dont le musée vient d’acquérir une toile importante de 1919, Composition Construction Céret), Chaïm Soutine, Marc Chagall, puis, pendant la Première Guerre mondiale, Raoul Dufy, Albert Marquet, etc. Plus récemment, cette tradition s’est perpétuée, notamment avec les membres du groupe Supports/Surfaces dans les années 1970, qui ont continué à fréquenter…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Expositions : Elegant/Expressiv. Von Houdon bis Rodin. Französische Plastik des 19. Jahrhunderts

Article suivant dans Expositions : Le temps de la peinture. Lyon 1800-1914