Nouvelles révélations par le journal Libération sur la gestion du Musée du Luxembourg Contenu abonnés


4/1/04 - Musée du Luxembourg - Paris - Le journal Libération du samedi 3 janvier apporte sous la plume de Vincent Noce de nouvelles révélations sur la gestion du Musée du Luxembourg, institution dont nous n’avons cessé de dénoncer le mercantilisme1. On apprend ainsi que les œuvres prêtées pour les expositions ne sont pas couvertes par l’assurance de l’Etat. L’organisateur à qui le Sénat a confié ces expositions, SVO Art, est une société anonyme unipersonnelle. C’est elle qui assume tous les risques. Vincent Noce pose quelques questions très pertinentes : « Que se passerait-il si l’actionnaire de la société était victime d’un brusque accident ? Ou si celle-ci était soudain placée en redressement par une banque mécontente ? ». L’article explique aussi, et cela est confirmé par Yves…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Brèves : Les musées départementaux de l’Isère deviennent gratuits

Article suivant dans Brèves : Une annexe du Musée des Beaux-Arts d’Angers ouverte au château de Villévêque