Nicolas Sarkozy prêt à sacrifier l’Hôtel de la Marine Contenu abonnés


JPEG - 67 ko
Hôtel de la Marine
Cabinet d’Audience du commissaire général
de la Maison du Roi
Photo : Didier Rykner

Les semaines qui viennent vont être décisives pour l’avenir de l’Hôtel de la Marine et celui-ci s’annonce sombre. Lundi 3 mai, la Commission nationale des monuments historiques doit se réunir afin de se prononcer sur les conclusions du rapport d’Etienne Poncelet, architecte en chef des monuments historiques (voir notre article du 1/3/10). Cette séance, initialement prévue le 8 mars, avait été repoussée et remplacée par une visite du bâtiment.
Exceptionnellement, cette réunion sera présidée, non par Isabelle Maréchal, chef de service chargée du patrimoine, mais par Philippe Bélaval, directeur général des patrimoines, signe de l’importance de ce dossier pour le ministère de la Culture.

Hélas, si Frédéric Mitterrand est sans doute convaincu que la location en bail emphytéotique de ce bâtiment serait une faute, il doit compter avec la volonté du chef de l’Etat. Ne voyant dans l’édifice de Gabriel qu’une source de dépense, incapable de comprendre la signification patrimoniale et symbolique d’un tel monument, l’un des fleurons de la Nation depuis sa construction au milieu du XVIIIe siècle, le président de la République est prêt à s’en débarrasser au profit d’Alexandre Allard et de son conseiller, l’ancien ministre de la Culture, Renaud Donnedieu de Vabres. Philippe Bélaval a d’ailleurs rédigé, à partir du dossier très fouillé d’Etienne Poncelet, une note de synthèse qui édulcore en partie ses conclusions. Rappelons donc que ce rapport interdisait notamment la couverture de la grande cour et imposait le respect scrupuleux de l’ensemble des décors conservés, pas uniquement dans les pièces d’apparat mais dans l’ensemble du bâtiment. Ces contraintes rendent de fait le bâtiment presque impossible à transformer en hôtel de luxe combiné à une salle des ventes de prestige comme le prévoit le projet Allard-Donnedieu.

Le gouvernement pense que cette décision ne fera pas…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Éditorial : Xavier Darcos à Versailles : poisson d’avril ?

Article suivant dans Éditorial : 1,7 milliards d’euros pour le patrimoine ? Non, pour le football !