Nantes : acquisition d’un Maxence et publication du catalogue des dessins et estampes XIXe Contenu abonnés


JPEG - 117.7 ko
Edgard Maxence (1871-1954)
La Liseuse, 1906
Pastel - 73 x 54,4 cm
Nantes, Musée des Beaux-Arts
Photo : Galerie Alexis Bordes
Voir l'image dans sa page

11/5/12 - Acquisition, Publication - Nantes, Musée des Beaux-Arts - Artiste nantais, Edgard Maxence a bénéficié récemment dans sa ville d’origine et à Douai d’une rétrospective qui avait insisté sur la place du portrait dans son œuvre. Catherine Méneu, dans la recension publiée sur ce site, estimait que l’influence anglaise sur cet artiste ne devait pas être surestimée. Si cette remarque est sans doute juste, il n’en reste pas moins que le beau pastel que vient d’acquérir le Musée des Beaux-Arts de Nantes (ill.) auprès de la galerie Alexis Bordes à Paris évoque l’art des peintres préraphaélites anglais tout en rappelant également celui d’artistes français plus académiques tel que Luc-Olivier Merson. S’il participa aux Salons Rose+Croix de 1895 à 1897 et est en général considéré comme un peintre Symboliste, comme peut le justifier par exemple la magnifique Âme de la Forêt du Musée des Beaux-Arts de Nantes, il ne peut cependant être uniquement cantonné à ce qualificatif.
L’œuvre acquise par Nantes représente une jeune femme non identifiée tenant un livre à la main, posant dans le parc d’un château que l’on aperçoit à l’arrière-plan en haut à gauche. Datée de 1906, il s’agit probablement de celle exposée au Salon de 1907 sous le titre de La Liseuse.
Après l’acquisition d’un chef-d’œuvre de David (voir l’article), celle de ce pastel de Maxence renforce opportunément un fonds d’art graphique important, jusque là relativement méconnu, mais qui vient de faire l’objet d’une publication après l’exposition des plus belles feuilles qu’il conserve et qui vient de se terminer.


JPEG - 41.9 ko

Ce catalogue, dû à Cyrille Sciama, conservateur en charge du XIXe siècle, répertorie intégralement l’ensemble des dessins et des gravures exécutées entre la toute fin du XVIIIe et le début du XXe, à l’exception cependant de ceux des artistes dont…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Brèves : Un portrait de jeune fille par Thomas Lawrence entre à la National Gallery de Londres

Article suivant dans Brèves : Une nature morte de Bazille pour le Musée Fabre