Musées et politique : la démonstration par l’absurde Contenu abonnés


Le mariage malsain entre la politique et les musées, que nous ne cessons de dénoncer sur La Tribune de l’Art, aboutit aujourd’hui, avec le conflit diplomatico-judiciaire qui vient torpiller de nombreuses expositions organisées par les musées français dans le cadre de l’année du Mexique, à une situation totalement absurde.

Nous ne commenterons pas ici les dernières déclarations du président de la République Nicolas Sarkozy à propos de l’affaire Florence Cassez. Que celle-ci soit innocente ou coupable, que les juges mexicains aient ou non failli à leur mission, en quoi ceci regarde-t-il, de près ou de loin, les musées ? Cette comédie dramatique, l’amateurisme invraisemblable de nos gouvernants et les annulations des événements prévus qui en découlent prouvent une chose : le ridicule et…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Éditorial : Serres d’Auteuil : la victoire à la Pyrrhus de Delanoë

Article suivant dans Éditorial : Quand les « experts » font la loi