Contenu abonnés

Miroir du prince. La commande artistique des hauts dignitaires bourguignons 1425-1510

Autun, Musée Rolin et Chalon-sur-Saône, Musée Vivant-Denon, du 5 juin au 19 septembre 2021.

Plus de vingt ans après la monographie de référence que les musées Rolin d’Autun et de l’Hôtel-Dieu de Beaune dédiaient au mécénat artistique de l’illustre famille bourguignonne des Rolin en 1994 et la parution des actes du colloque autunois consécutif La splendeur des Rolin en 1999, la commande artistique dans la Bourgogne du XVe siècle revient magistralement sur le devant de la scène. Quatrième chapitre – après Bologne et le pontifical d’Autun (voir l’article), De Goya à Delacroix (voir l’article) et Ève ou la folle tentation (voir l’article) - du partenariat établi entre le Louvre et la ville d’Autun en 2010, Miroir du prince associe au musée Rolin le musée Denon de Chalon-sur-Saône, chacun accueillant un volet. Le commissariat revient à Brigitte Maurice-Chabard, directrice des musées de Chalon-sur-Saône et ancienne directrice des musées d’Autun à l’initiative de la fameuse exposition de 1994, à Jacques Paviot, à Agathe Mathiaut-Legros, l’actuelle directrice des musées d’Autun et à son adjointe à la conservation Laura Goedert sous la supervision scientifique de Sophie Jugie, directrice du département des sculptures du musée du Louvre.

Vaste territoire largement étendu au XVe siècle – furent alors annexés aux deux Bourgognes, à l’Artois et à la Flandre, le comté de Namur, le duché de Brabant, les comtés de Hainaut, Hollande, Zélande, Picardie puis le duché de Luxembourg –, la Bourgogne fut sous ses deux derniers ducs de la maison de Valois - Philippe le Bon et Charles le Téméraire - largement centralisée. Hommes d’églises, nobles et officiers devinrent de précieux intercesseurs territoriaux qui s’employèrent à affirmer leur statut par une politique du faste à l’image de celle de leur souverain, en « miroir du prince » donc. Pas un événement, pas une fondation n’en fut le prétexte, engageant moult commandes artistiques qui contribuèrent à l’âge d’or des arts bourguignons. Un vaste sujet que la double-exposition a choisi d’aborder à partir des personnalités des commanditaires. Reviennent alors en tête les chancelier et cardinal Nicolas et Jean Rolin, les plus puissants d’entre eux, retenus par chacun des volets. À leur suite, prennent place, et c’est l’un des grands intérêts de l’exposition, d’autres éminents mécènes longtemps évincés par l’immense postérité des premiers, dont le rôle a pu être précisé par les recherches menées depuis vingt ans. La famille des Clugny à Autun et les Germain, Neufchatel et Poupet à Chalon.


1. Attribué à Jan Borman II
Christ de Pitié, vers 1500
Chêne - 175 x 85 x 47 cm
Beaune, Hospices civils
Photo : Hospices civils
Voir l´image dans sa page
2. Attribué à Claus de Werve (1380-1439)
Vierge à l’enfant dite Vierge Bulliot, second quart du XVe siècle
Calcaire - 117 x 40 x 28,50 cm
Autun, Musée Rolin
Photo : Autun, musée Rolin
Voir l´image dans sa page

Quatorze sections thématiques ont été définies et près de deux cents œuvres réunies. Un panel de manuscrits, dessins, vitraux,…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire.

Vos commentaires

Afin de pouvoir débattre des article et lire les contributions des autres abonnés, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.