Michel-Ange : le véritable auteur de la Joconde Contenu abonnés


JPEG - 89.7 ko
Michelangelo Buonarroti,
dit Michel-Ange (1475-1564)
La Joconde
Huile sur panneau - 76,8 x 53 cm
Paris, Musée du Louvre
Photo : C2RMF
Voir l'image dans sa page

Gianfranco Salvatori est bien conscient qu’il va lancer une véritable bombe qui dépassera largement le cadre des musées. Mais, comme nous le révélons aujourd’hui en exclusivité, l’historien romain, au terme d’une longue enquête, peut prouver sans l’ombre d’un doute que le véritable auteur de la Joconde n’est pas Léonard de Vinci, mais Michel-Ange, les deux artistes s’étant entendus pour organiser la plus grande supercherie de l’histoire de la peinture. Il publiera dans un mois, aux éditions Morelli, le résultat de ses recherches dans un livre qui va bouleverser l’histoire de l’art et qu’il a intitulé sobrement « Leonardo no : Michelangelo si ! ».

L’histoire est pourtant simple et il est surprenant que la vérité n’ait pas été révélée plus rapidement. Tout était à portée de main, à la Bibliothèque nationale de France, dans une confession écrite de la main de Léonard, cachée au milieu de la cote NF23 et retrouvée par Salvatori.
Alors que Léonard et Michel-Ange se trouvaient ensemble à Florence dans une taverne de la ville, les deux hommes commencèrent à jouer à pierre-feuille-ciseau (ils avaient beaucoup bu). Le perdant devait accomplir un gage décidé par le gagnant. Le vainqueur fut Léonard, qui eut alors une idée qui ne pouvait germer que dans l’esprit d’un génie : il allait demander à Michel-Ange de peindre un tableau qu’il ferait passer pour l’un des siens. Conscient cependant que son ami ne possédait pas du tout la même technique, il le forma pendant un mois au sfumato, puis lui demanda de peindre son assistant Gian Giacomo Caprotti, dit Salai. Pour compliquer les choses, il lui imposa de le travestir en femme. Celle que l’on connaît sous le nom de la Joconde est donc bien un homme, comme certains esprits perspicaces l’avaient compris indépendamment. Salvatori en apporte la preuve, tout en révélant le…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Musées : L’extraordinaire développement du Musée des Beaux-Arts de Montréal

Article suivant dans Musées : La Liberté de Delacroix, Monsieur Bertin d’Ingres, Balthazar Castiglione de Raphaël, ou le Louvre décapité par Lens