Mazerolle 1826-1889. Itinéraire d’un grand décorateur Contenu abonnés


Roubaix, La Piscine, du 4 juillet au 13 septembre 2015.

JPEG - 485.8 ko
1. Alexis-Joseph Mazerolle (1826-1889)
Vénus Marine, 1882
Huile sur toile - 71 x 98 cm
Collection particulière
Photo : Didier Rykner

La fortune posthume d’Alexis-Joseph Mazerolle fut à la fois malheureuse et chanceuse. Malheureuse, car né à Paris, il ne put jamais bénéficier des attentions que certaines villes de province accordent aux artistes qui y voient le jour. Chanceuse car ses descendants sont conscients du talent de leur aïeul et font tout pour le faire connaître à nouveau. Heureuse également car le dévouement de cette famille a pu rencontrer celui d’une historienne de l’art ayant décidé de faire de ce peintre décorateur de la seconde moitié du XIXe siècle son sujet d’étude, et l’enthousiasme d’un musée, La Piscine de Roubaix, qui nous offre aujourd’hui une belle rétrospective – hélas trop courte puisqu’elle dure à peine plus de deux mois et se terminera donc le 12 septembre.

Il y a quelques années, le Musée d’Art et d’Industrie André-Diligent (autre nom de cet établissement) nous avait proposé une exposition dédiée à un autre grand décorateur de la même époque, Pierre-Victor Galland (voir l’article). Si les deux étaient tout aussi oubliés, Mazerolle, qui exposa toute sa vie au Salon, au contraire de Galland, connut de son vivant une grande réputation.
Élève de Charles Gleyre, une partie de sa production peut être qualifiée de néo-grecque (voir l’article). Mais sa postérité connut également une grande éclipse en raison de la disparition d’une grande partie de son œuvre. Des grands tableaux d’histoire conservés dans les collections publiques françaises, seul Lille peut encore en montrer un, Néron et Locuste essayant des poisons sur un esclave (mais en mauvais état, il n’est pas présenté à Roubaix). La toile déposée par l’État à Saint-Quentin, Chilpéric et Frédégonde devant le cadavre de Galswinthe, a été détruite pendant la Première Guerre mondiale1 et celle achetée par Roubaix a probablement été détruite après la Seconde Guerre mondiale lorsque le…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Expositions : Flamands et hollandais. La collection du musée des Beaux-Arts de Nantes

Article suivant dans Expositions : Être et paraître, la vie aristocratique au XVIIIe siècle. Trésors cachés du Musée national de la Renaissance