Maurice Denis. Le spirituel dans l’art Contenu abonnés


Auteur : Jean-Paul Bouillon

Les grandes expositions (Louvre, Orsay, Grand Palais) ont l’avantage de susciter des publications qui ne verraient sans doute pas le jour sans elles, de tels événements rendant viables des projets éditoriaux en marge de leur catalogue. C’est le cas du petit volume publié dans la collection Découvertes Gallimard et consacré à Maurice Denis (il s’agit d’ailleurs d’une coédition avec la Réunion des Musées nationaux). Cet artiste longtemps considéré comme de second plan aurait-il bénéficié de cette publication sans l’exposition d’Orsay ? On connaît malheureusement la réponse.

jpg-couverture_denis-jpgLa collection en question se caractérise bien souvent par une accumulation séduisante d’images, d’informations et de textes plus ou moins approfondis et dont la maquette un peu trop « séduisante » accentue parfois l’aspect disparate. Petits volumes censés fournir une synthèse utile, ils aboutissent bien souvent à un résultat inverse. C’est loin d’être le cas ici puisque, on le sent bien, l’auteur a lui-même suivi scrupuleusement et impérieusement l’organisation du livre et, probablement, supervisé jusqu’à sa maquette. Jean-Paul Bouillon, bien connu pour son extrême rigueur autant que pour ses compétences scientifiques, imprime bel et bien sa marque sur le volume qui est tout sauf une redite de ses nombreux autres travaux consacrés à Denis. Outre l’imposante monographie publiée chez Skira en 1993, il a en effet consacré à l’artiste nombre d’essais, articles, recueils de théories ; on pouvait ainsi légitimement attendre avec cette collection quelque peu vulgarisatrice un condensé de tous ces travaux. Il n’en est rien. Ainsi que l’affirme d’emblée le sous-titre (qui fait un clin d’œil au fameux ouvrage de Kandinsky paru en 1911), l’auteur insiste sur la dimension religieuse, voire sacrée, de l’art de Denis. « Le spirituel dans l’art », sous-titre en question, est bien pour lui une manière, non seulement de désigner le « Nabi aux belles icônes », ainsi qu’il avait été baptisé par ses amis,…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Publications : Patrimoine des Hauts-de-Seine. Guide des tableaux conservés dans les édifices publics et privés

Article suivant dans Publications : Hippolyte et Paul Flandrin. Paysages et portraits