Masculin / Masculin. L’homme nu dans l’art de 1800 à nos jours Contenu abonnés


Paris, Musée d’Orsay, du 24 septembre 2013 au 2 janvier 2014.

Cet article est pour l’instant seulement accessible aux abonnés.

JPEG - 70 ko
1. D’après Georges de La Tour (1593-1652)
présenté comme original au Musée d’Orsay
Saint Sébastien à la lanterne
Huile sur toile - 109 x 131 cm
Rouen, Musée des Beaux-Arts
Photo : RMN-GP/P. Bernard

Incontestablement, l’exposition « Masculin/Masculin » organisée par le Musée d’Orsay fera date dans l’histoire de l’art en France grâce à une découverte. Curieusement, celle-ci ne porte d’ailleurs pas sur la période 1848-1914. Non. Il s’agit d’une avancée décisive dans la connaissance d’un des peintres français les plus importants du XVIIe siècle : Georges de la Tour. Celui-ci fait en effet l’ouverture de l’exposition, le premier tableau qu’on peut y voir étant le Saint-Sébastien en largeur du Musée des Beaux-Arts de Rouen (ill. 1). Or, ce tableau a toujours été considéré par les spécialistes comme une copie (il en existe plusieurs). À tort, manifestement, puisqu’il est présenté désormais par les commissaires de l’exposition comme l’original de Georges de La Tour que l’on pensait disparu. Comment sont-ils arrivés à cette conclusion bouleversante ? On ne le saura malheureusement pas, aucun des tableaux montrés ici ne faisant l’objet d’une notice (Guy Cogeval, dans son introduction, préfère parler avec mépris de « notule ») qui expliquerait sa place dans l’exposition et, pourquoi pas, les raisons d’un changement d’attribution1. L’histoire de l’art, comme le président du Musée d’Orsay le rappelle, n’a pas besoin, après tout, d’être « documentée2 ». Que les spécialistes de Georges de La Tour (dont Jacques Thuillier, Jean-Pierre Cuzin, Pierre Rosenberg…) n’aient pas été capables de reconnaître un original dans ce tableau prouve la « paresse bien commode » des monographies d’artistes. Alors que l’exposition « Masculin/Masculin » privilégie « l’histoire des idées ». Mais de quelles idées exactement parle-t-on ?

JPEG - 1.1 Mo
2. William Bouguereau (1825-1905)
La Flagellation du Christ, 1880
Huile sur toile - 390 x 210 cm
La Rochelle, cathédrale
Photo : Wikimedia Commons

Comment…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Expositions : Jordaens (1593-1678) La gloire d’Anvers

Article suivant dans Expositions : Ludovic Napoléon Lepic (1839-1889), le Patron