Marie de Médicis, un gouvernement par les arts Contenu abonnés


Blois, Château. Exposition terminée le 28 mars 2004

JPEG - 76.7 ko
1. Anastasio Fontebuoni
Troilo Orsini venant en aide à Catherine de Médicis
The Mari-Cha Collection Ltd
Voir l'image dans sa page

Longtemps victime de l’opinion défavorable de Sully, de Richelieu et de Michelet, la fortune de Marie de Médicis connaît depuis quelques années une véritable réhabilitation dont témoignait déjà l’exposition Marie de Médicis et le Luxembourg en 19911, et plus récemment un colloque organisée en 20002. Le château de Blois qui avait accueilli précédemment une exposition sur les trésors des Médicis coopère à nouveau avec les musées florentins pour démontrer que Marie fut pleinement digne de son nom illustre, mécène complet, considérant qu’encourager tant la grande peinture que les arts décoratifs faisait pleinement partie de l’exercice du pouvoir, sachant choisir les meilleurs artistes, quelles que soient leurs origines géographiques, et n’oubliant pas de faire justifier sa politique par une fine propagande3.

Situé dans l’aile François Mansart, le parcours débute avec des portraits de la jeune princesse florentine et des scènes du mariage de ses parents par Santi di Tito, Jacopo Empoli ou Filippo Tarchiani. Les décors commandés par la reine pour ses palais français (Louvre, Luxembourg, Fontainebleau) sont ensuite évoqués. L’un des points forts de l’exposition est constitué par le prêt de sept scènes historiques, conservées dans une collection américaine, représentant des épisodes de la vie des Médicis par divers artistes toscans (Giovanni Biliverti, Anastasio Fontebuoni - ill. 1, Domenico Passignano,...) et provenant du Cabinet doré au Luxembourg4. Les salles suivantes présentent des œuvres d’Ambroise Dubois, de Jacob Bunel, de Guido Reni, de Giovanni Baglione et des gravures d’après le cycle de Rubens pour la galerie de ce même palais. L’avant-dernière salle tente de montrer que ces exemples étrangers formèrent la jeune génération qui s’épanouit pleinement sous le règne de Louis XIII.


JPEG - 65.8 ko
2. Attribué à Jacob Bunel
Portrait d’Henri IV en…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Expositions : Une Renaissance singulière. La cour des Este à Ferrare

Article suivant dans Expositions : Rembrandt et son école dans les collections du musée national de l’Ermitage de Saint-Pétersbourg