Marguerite Yourcenar et la peinture flamande Contenu abonnés


Cassel, Musée départemental de Flandre, du 13 octobre 2012 au 27 janvier 2013.

JPEG - 41.7 ko
1. Richard Estes
(né en 1932)
Marguerite Yourcenar
Huile sur toile
Centre National des Arts Plastiques
Photo : DR/CNAP
Voir l'image dans sa page

A l’occasion des 25 ans de la mort de Marguerite Yourcenar, les deux institutions voisines que sont le musée départemental de Flandre, à Cassel, et la Villa départementale Marguerite Yourcenar, à Saint-Jans-Cappel, près de Bailleul, s’associent et présentent l’exposition « Marguerite Yourcenar et la peinture flamande ». Très à propos au regard de la politique d’exposition du musée, elle étudie les nombreux rapports qu’entretiennent les écrits yourcenariens et l’art flamand des XVe et XVIe siècles essentiellement. Prisme parfait pour cette étude, L’Œuvre au Noir, roman publié en 1968 prenant pour décor la Bruges du XVIe siècle, est aussi particulièrement emblématique du processus créatif de Marguerite Yourcenar. Nous touchons là le propos des commissaires, Sandrine Vézillier et Achmy Halley, et l’intelligence de cette exposition. Les références picturales ne sont pas considérées comme essentielles à la lecture du roman mais comme un élément phare de l’inspiration et de la méthode de la romancière. Le parcours en quatorze petites sections ne cherche donc pas à illustrer de façon systématique des extraits du texte par un panel d’œuvres flamandes, mais organise sa trentaine d’œuvres thématiquement comme autant de démonstrations des correspondances qui unissent Marguerite Yourcenar à la peinture flamande renaissante. Ces liens intimes, que l’on découvrira biographiques et intellectuels, prennent place le long d’une déambulation dans les salles voulue labyrinthique, à l’image de la méthode de travail de l’écrivain qui compile instinctivement, et non moins pertinemment, ses références picturales en un « puzzle iconographique »1 plus qu’elle ne les organise logiquement.


JPEG - 53.3 ko
2. D’après Quentin Metsys
(1543-1589)
Portrait présumé du médecin
Paracelse (1493-1541)

Huile sur panneau
Paris, musée du Louvre
Photo : RMN/Hervé Lewandowski
Voir l'image dans sa page
JPEG - 44.8 ko
3. Bernard van Orley
(c.1488-1541)
Portrait de Marguerite d’Autriche
Huile sur panneau
Bourg-en-Bresse, musée du
Monastère royal de Brou
Photo : Hugo Maertens
Voir l'image dans sa page

JPEG - 70.1 ko
4. Pieter Bruegel II
(c.1564/1565-1636)
La Danse de noces
Huile sur panneau
Quimper, musée des Beaux-Arts
Photo : Collection du musée des
Beaux-arts de Quimper
Voir l'image dans sa page

Cette iconothèque très personnelle de Marguerite Yourcenar prend place dès la première salle intitulée « Le labyrinthe de la création » qui fonctionne comme une synthèse de l’exposition. L’huile sur toile, que l’on jurerait photographie, de l’artiste contemporain Richard Este représentant Marguerite Yourcenar à son bureau (ill. 1) nous fait face à l’entrée comme une mise en abyme du parcours à venir. Nous entrons dans les coulisses de la création, les détails peints - les notes et dossiers posés sur le bureau et les reproductions fixées aux murs - prendront place dans les…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Expositions : Versailles et l’Antique

Article suivant dans Expositions : Raphaël, Luca Penni et Giulio Romano exposés au Louvre