Marcello Contenu abonnés


Compiègne, Musées nationaux du Palais de Compiègne, du 16 octobre 2015 au 1er février 2016.

Duchesse et sculpteur. Nom féminin et noble, pseudonyme masculin et roturier. Suisse, italienne et même française pour une grande partie de sa carrière... Incontestablement, la schizophrénie menaçait la duchesse Colonna, qui parlait parfois d’elle à la troisième personne. Elle n’avait pourtant pas de problème psychique, seulement une maladie de poitrine qui l’emporta jeune, à 43 ans. Et cette double personnalité ne fut finalement qu’un moyen d’échapper à sa condition de jeune veuve et aristocrate, double obstacle à une carrière d’artiste qui, à l’époque, ne convenait guère à une femme, encore moins à une noble.


JPEG - 88.1 ko
1. Adèle d’Affry, dite Marcello (1836-1879)
Bianca Capello, 1872-73
Marbre - 86,5 x 62 x 25 cm
Fontainebleau, Musée national du château
Photo : Didier Rykner
JPEG - 115.3 ko
2. Adèle d’Affry, dite Marcello (1836-1879)
La Gorgone, 1864-65
Marbre - 97 x 62 x 41 cm
Fontainebleau, Musée national du château
Photo : Didier Rykner

Marcello fut donc artiste, un bon sculpteur et un peintre inégal, comme le démontre la petite mais belle exposition1 que Compiègne nous propose un an après celle consacrée à Carrier-Belleuse, autre statuaire du Second Empire (voir l’article). Dans des versions différentes, elle a été présentée auparavant à Fribourg dont le Musée d’Art et d’Histoire conserve un fonds important. Un autre haut lieu d’étude sur Marcello est la maison familiale de Givisiez qui conserve encore son atelier.


JPEG - 111.8 ko
3. Adèle d’Affry, dite Marcello (1836-1879)
Portrait de Jean-Baptiste Carpeaux, 1875
Plâtre - 67,6 x 38 x 27,2 cm
Fribourg, Fondation Marcello
Photo : Didier Rykner
JPEG - 139.5 ko
4. Adèle d’Affry, dite Marcello (1836-1879)
Portrait du général Lorenzo Milans del Bosch y Mauri, 1868
Terrre cuite - 61 x 49 x 33 cm
Fribourg, Musée d’Art et d’Histoire
Photo : Didier Rykner

La vie d’Adèle d’Affry n’est pas banale. Très jeune, elle épousa le duc Colonna et devint duchesse, mais son mari mourut quelques mois après le mariage, et elle devint veuve à vingt ans. Elle ne se remaria…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Expositions : Alessandro Magnasco (1667-1749). Les années de la maturité d’un peintre anticonformiste

Article suivant dans Expositions : Émile Verhaeren. Poète et Passeur d’art (1855-1916)