Manuscrits coréens : la fin de l’inaliénabilité ? Contenu abonnés


JPEG - 72.1 ko
Page d’un des manuscrits coréens (535)
Cérémonial prévu par les Conseillers à
l’occasion du deuxième mariage du Roi
Y ?ng Jo avec la future Reine J ?ng Sun
Photo : BnF
Voir l'image dans sa page

C’est une décision lourde de conséquences pour le patrimoine - une de plus - qu’a prise Nicolas Sarkozy lors de son voyage à Séoul en marge du G 20.
On s’en doutait mais les révélations de Vincent Noce aujourd’hui dans Libération, accompagnées du texte de protestation signé par plusieurs conservateurs de la Bibliothèque nationale de France, le prouvent sans aucune discussion : la restitution par Nicolas Sarkozy des manuscrits coréens, acte politique et diplomatique, est surtout parfaitement illégale.
Quelques bons esprits se félicitent de la soi-disant générosité de la France sans comprendre les…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Éditorial : Patrimoine public : il faut une loi

Article suivant dans Éditorial : Un marché de l’art fort est un atout pour le patrimoine

Publicité Amis du Louvre 2017