Lunéville achète le portrait du futur duc de Lorraine par Gobert


JPEG - 1.1 Mo
Pierre Gobert (1662-1744)
Portrait de François III de Lorraine, futur duc
de Lorraine, grand-duc de Toscane et Empereur
âgé de trois ans (1708-1765)
, vers 1712.
Huile sur toile - 89,5 x 70 cm
Lunéville, château
Photo : Alexis Bordes
Voir l'image dans sa page

13/6/17 - Acquisition - Lunéville, Château - Le château de Lunéville a pu acheter à la galerie Alexis Bordes1 le portrait d’un garçon âgé de trois ans environ, peint par Pierre Gobert vers 1712. Il s’agit du jeune François-Etienne, qui deviendra successivement François III duc de Lorraine et de Bar, François II grand-duc de Toscane, puis empereur des Romains sous le nom de François Ier. Ses deux frères aînés décédés très jeunes, c’est lui qui succéda à son père, le duc Léopold, qui avait entrepris de reconstruire les duchés ravagés par la guerre et par l’occupation, et transformé le château Lunéville le « Versailles lorrain ».

Portraitiste réputé, reçu à l’Académie en 1701, avec les effigies de Louis II de Boullogne et de Corneille Van Cleve, Gobert s’imposa à la cour de Versailles comme le « peintre des femmes et des enfants » . Parmi les nombreuses commandes prestigieuses qu’il reçut, on compte le portrait du dauphin, le duc de Bretagne (frère aîné du futur Louis XV), exposé en 1704, celui du futur Louis XV, achevé en 1714, ou encore celui de Louis-Henri de Bourbon, prince de Condé. Il eut aussi l’occasion de peindre en 1725 la princesse puis la reine Marie Leczynska, ainsi que les filles de celle-ci et du roi.

Gobert s’imposa aussi à la cour de Bavière, puis à la cour de Lorraine à partir de 1707 auprès du duc Léopold qu’il représenta, ainsi que sa femme et leurs filles ; il réalisa à chaque fois de nombreuses copies de ses portraits, ce qui dessert sans doute l’appréciation de son oeuvre aujourd’hui, les répliques d’atelier n’ayant pas la vivacité des versions originales. Il portraitura aussi les fils du couple ducal, Louis (1704-1711), Léopold-Clément (1707-1723) à l’âge de trois, cinq et huit ans, et plus tard, lors d’un nouveau séjour à Nancy en 1720 et 1721. Le musée du Prado conserve en outre le portrait de de Charles-Alexandre (1712-1780), futur gouverneur des Pays-Bas, alors qu’il est âgé de trois ans..

François-Étienne (1708-1765) posa pour Gobert à plusieurs reprises, ici à l’âge de trois ans, puis entre six et sept ans pour un tableau dont le château de Versailles conserve une réplique d’atelier.
Le peintre utilisa la même formule pour différents portraits de jeunes garçons. On retrouve une compositions similaire à celle-ci dans le portrait du futur Louis XV ou dans un tableau probablement d’atelier montrant un garçon vêtu de la même robe que François-Étienne. L’enfant richement vêtu se tient debout, dans un cadre relativement fastueux, animé par un large drapé tombant sur un tabouret. La pose n’a rien de statique cependant, l’artiste fait jouer son modèle avec un ou deux animaux, plus particulièrement un chien tenu en laisse, opposé à un singe facétieux. On retrouve ces motifs dans les portraits de Léopold-Clément par exemple.
Du duc à l’empereur, François de Lorraine a fait l’objet d’une exposition en 20082


Bénédicte Bonnet Saint-Georges, mardi 13 juin 2017


Notes

1Cette brève est rédigée à partir de la notice du catalogue de la galerie.

2« François de Lorraine : du duc à l’empereur », Musée du château de Lunéville, du 15 août-11 novembre 2008].





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Brèves : Acquisitions et actualité du Musée Boucher-de-Perthes d’Abbeville

Article suivant dans Brèves : Confrontation entre le Judith et Holopherne et les Caravage du Louvre et de Rouen