Ludovic Napoléon Lepic (1839-1889), le Patron Contenu abonnés


Berck-sur-Mer, Musée d’Opale-Sud, du 7 juin au 30 décembre 2013.

JPEG - 176.5 ko
1. Ludovic-Napoléon Lepic (1839-1889)
Falaise du Nord avec pavillon-signal
au premier plan à gauche
, 1870
Eau-forte - 12,8 x 22,8 cm
Collection Évelyne et Jacques Hervé
Photo : Évelyne et Jacques Hervé
Voir l'image dans sa page

« Ami de... ». Certains peintres n’ont pas de chance, qui se voient ainsi relégués par une histoire de l’art paresseuse au rang d’« ami » d’un artiste plus célèbre et parfois plus talentueux. C’est ainsi que Ludovic-Napoléon Lepic est passé à la postérité comme l’ami de Degas. Qualificatif un peu restrictif, qui a au moins le mérite de situer le peintre dans le milieu des impressionnistes, même s’il s’agit une nouvelle fois d’un raccourci un peu simpliste.

Le commissaire de l’exposition du Musée de Berck-sur-Mer, Thierry Zimmer, travaille sur Lepic depuis plus de trente ans et prépare également le catalogue raisonné. L’ouvrage qui accompagne cette sélection se veut donc davantage une biographie du peintre, à partir de quelques dizaines d’œuvres choisies pour donner la meilleure idée possible de sa carrière. Celle-ci fut d’une prolixité inouïe puisque Thierry Zimmer dénombre pas moins d’environ 1400 œuvres, pour une carrière qui ne s’étend que sur une durée relativement courte, l’artiste étant mort à l’âge de 50 ans seulement.

JPEG - 134.3 ko
2. Ludovic-Napoléon Lepic (1839-1889)
Moulins et voiliers, 1869
Eau-forte - 12,9 x 22,7 cm
Collection Évelyne et Jacques Hervé
Photo : Évelyne et Jacques Hervé
Voir l'image dans sa page

Né dans une famille aisée, petit-fils du général d’Empire et fils d’un fonctionnaire proche de Napoléon III, sa vocation n’allait pas de soi et sa famille le destinait plutôt au droit. Très vite cependant, il se consacra à l’art en étudiant à Paris avec le peintre belge Gustave Wappers, puis en suivant l’enseignement de l’animalier, belge également, Charles Verlat. C’est ainsi que ses premières œuvres connues - surtout des estampes - sont des portraits d’animaux d’une mièvrerie certaine, d’après des modèles par son maître ou…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Expositions : Masculin / Masculin. L’homme nu dans l’art de 1800 à nos jours

Article suivant dans Expositions : Un air de Renaissance. La musique au XVIe siècle