Lettre de Jean-David Jumeau-Lafond Contenu abonnés


La France dispose d’un arsenal juridique pour protéger son patrimoine ; ainsi l’Etat peut-il interdire de sortie du territoire des œuvres d’art qui sont en mains privées, au titre qu’elles constituent une partie essentielle de notre patrimoine et doivent rester en France, quel qu’en soit le propriétaire : ainsi, rien n’empêche qu’un américain ou un russe se rende acquéreur de ces œuvres à conditions qu’elles ne passent pas les frontières.

Paradoxe des paradoxes, voici que l’Etat, premier propriétaire du patrimoine, applique la logique exactement inverse : tout en restant « possesseur » des œuvres, il s’apprête à les faire sortir du territoire et à en priver les citoyens. Lorsqu’on sait le préjudice financier que provoque ce dispositif pour les privés (pour cause évidente de restriction…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Courrier : Lettre de Frédéric Roz : La Joconde a mauvaise mine

Article suivant dans Courrier : Lettre de Claude Reyt