Lettre de François Auffret à propos de l’Editorial Réflexions sur une exposition Contenu abonnés


J’ai lu avec intérêt votre éditorial.

Toujours, je me demande ce que peut bien voir chaque individu qui fait la queue, pendant de longues heures parfois, devant une exposition médiatisée, devant le Grand Palais, devant le musée de Quimper, devant n’importe quel lieu d’exposition. Je me suis toujours demandé ce que chaque personne dans un groupe de touristes qui traverse le Louvre au galop, je n’exagère pas, pouvait voir avec ses yeux, avec son coeur et avec son intelligence ?

Faut-il donc une exposition sur le Caravage pour découvrir le Caravage ? Ma réponse est non. Il faut vouloir cultiver sa propre connaissance et la construire, il faut devenir un aristocrate de sa propre culture, je veux dire « celui qui excelle » dans le champ qu’il a choisi de labourer. Si le Caravage fait partie…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Courrier : Lettre de Lucien Curzi à propos de l’Editorial Réflexions sur une exposition

Article suivant dans Courrier : Lettre de Gérald Vairon à propos du Louvre à Lens, et une réponse par Didier Rykner