Les temps mérovingiens. Trois siècles d’art et de culture (451-751) Contenu abonnés


Paris, musée de Cluny, du 26 octobre 2016 au 13 février 2017.

Alors que le haut Moyen Âge devrait être une des premières salles du nouveau parcours chronologique du musée de Cluny à ouvrir au printemps 2018, l’exposition Les temps mérovingiens qui associe aux collections du musée de nombreux prêts français et internationaux en est un très beau prélude. Plus de cent cinquante pièces prennent place dans la salle monumentale du frigidarium des thermes gallo-romains et illustrent les trois siècles qui définissent ce début du moyen âge, situé entre la bataille des Champs Catalauniques en 451 et la fin du règne des «  rois fainéants  » en 751 bien que les chronologies de l’art mérovingien et de l’histoire dynastique ne soient pas strictement concomitantes.


JPEG - 163.1 ko
1. Pentateuque D’Ashburnham
fin VIe - début VIIe siècle
Parchemin - 375 x 310 cm
Paris, Bibliothèque nationale de France
Photo : Paris, Bibliothèque nationale de France
Voir l'image dans sa page
JPEG - 129.8 ko
2. Verre à trompes
1e moitié du VIe siècle
Verre - 12,5 x 11 cm
Rouen, musée des Antiquités
Photo : Rouen, musée des Antiquités
Musée-Métropole-Rouen-Normandie/
Yohann Deslandes
Voir l'image dans sa page

Vingt ans après la grande exposition internationale consacrée au sujet, Die Franken/Les Francs, présentée à Manheim puis à Berlin, le musée de Cluny propose une exposition d’envergure et s’inscrit à son tour dans l’approche renouvelée que connaît l’histoire de l’art mérovingien depuis la seconde moitié du XXe siècle et le début du XXIe siècle. Celle-ci, comme l’expliquent Isabelle Bardiès Fronty et Charlotte Denoël dans leur Essai de définition de l’art mérovingien, riche des nouvelles techniques de l’archéologie monumentale, des résultats de nombreuses fouilles de sauvetage européennes, du développement des études paléographiques et de la publication de monographies pluridisciplinaires et d’atlas archéologiques ne se prête définitivement plus à la vision évolutionniste, longtemps prégnante, d’un art mérovingien décadent précédant une salvatrice renaissance carolingienne.


JPEG - 483.8 ko
3.…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Expositions : Peintures italiennes et hispaniques. Collections du Musée de Tessé XIVe-XVIIIe siècles

Article suivant dans Expositions : Antonio Balestra nel segno della grazia