Les Primitifs flamands. Les plus beaux diptyques Contenu abonnés


Anvers, Koninklijk Museum voor Schone Kunsten. Du 3 mars 2007 au 27 mai 2007.

JPEG - 64.8 ko
1. Albrechts Bouts (1451/1455-1549)
Ecce Homo et Mater Dolorosa
Huiles sur panneaux - 45,5 x 31 cm et 45,3 x 31,7 cm
Aix-la-Chapelle, Suermondt-Ludwig-Museum
Photo : D. Rykner
Voir l'image dans sa page

Ce rassemblement de diptyques flamands des XVe et XVIe siècles, quoique réduit en nombre (une trentaine de numéros), est remarquable par son niveau de qualité. Peu d’expositions peuvent présenter simultanément des chefs-d’œuvre de Hans Memling, Hugo van der Goes et Rogier van der Weyden. Elle est organisée en collaboration avec la National Gallery de Washington où elle fut présentée de novembre à janvier dernier. Si les œuvres montrées à Anvers sont, à peu de chose près, les mêmes que dans la version américaine, le catalogue français ne constitue qu’un condensé de celui de langue anglaise. Cette version digest est beaucoup trop réduite et laisse de nombeux points dans l’ombre, privant le lecteur et le visiteur des nombreuses découvertes faites à cette occasion. L’accrochage, avare de commentaires, n’éclaire pas beaucoup plus sur les intentions des organisateurs et sur la cohérence du parcours, les panneaux, plutôt bien présentés, semblant disposés un peu au hasard.

On ne donnera que deux exemples de ces manques, que nous n’avons pu identifier (nous n’avons pas lu le catalogue anglais) que grâce à l’excellente revue de l’exposition parue dans le Burlington Magazine de février 2007 sous la plume de Jan Piet Filedt Kok, du Rijksmuseum d’Amsterdam.
On lit, dans le catalogue version light, que l’Ecce Homo et la Mater Dolorosa (ill. 1 ; cat. 2) d’Albrechts Bouts ne faisaient pas à l’origine partie du même ensemble et n’ont été réunis qu’ultérieurement. On n’en saura pas plus. Or, le Burlington (et sans aucun doute le catalogue original) nous apprend que la figure du Christ doit être datée, grâce à la dendrochronologie, beaucoup plus tard, vingt ans après celle de la Vierge. La réunion des deux tableaux dans un même cadre date d’une époque « indéterminée »1. La vision…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Expositions : Les Fragonard de Besançon

Article suivant dans Expositions : Renoir Landscapes 1865-1883