Les Offices privés d’archéologue


JPEG - 27.3 ko
Ier siècle avant J. C.
Vénus Médicis
Marbre
Florence, Galleria degli Uffizi
Photo : D. R.

7/9/15 - Musée - Florence, Galleria degli Uffizi - C’est une illustration éclatante de ce que dénonçait dans nos colonnes Stéphane Toussaint (voir l’article, à savoir l’hypocrisie extrême de la nomination bruyante et médiatique de vingt nouveaux directeurs de musées qui cache en réalité la misère des moyens qui leur seront accordés (et le peu de latitude que leur donnera leur pseudo-autonomie). Le ministère des Biens et des Activités Culturels – devenu en 2013 le ministère des Biens et des Activités Culturels et du Tourisme, une modification tout sauf innocente – a déjà, avant même l’arrivée des nouveaux directeurs et « super-directeurs », décidé des organigrammes des musées, une prérogative qui aurait dû a minima être réalisée en collaboration avec eux.

Mais il y a plus grave, comme le révèle le site de l’association de démocratie participative « Città Giusta » : dans ce nouvel organigramme, les Offices, les musées de Padoue et de Mantoue n’ont plus d’archéologue en charge de leurs collections. Le cas des Offices est particulièrement frappant : l’auteur de l’article rappelle en effet l’importance des collections archéologiques de ce musée, sachant que le conservateur en poste avait également la responsabilité des collections appartenant au Palazzo Pitti et aux jardins Boboli ! Ce sont donc pas moins de 1200 sculptures antiques, parmi lesquelles de très nombreux chefs-d’œuvre (la Vénus Médicis, l’Arrotino, les dix-sept statues de Niobides, un exemplaire en marbre du Spinario, etc.) qui se retrouvent désormais sans responsable scientifique. L’article conclut : « Tout ce patrimoine n’aura demain plus personne pour s’en occuper, programmer et diriger les restaurations, estimer l’opportunité des prêts, l’enseigner et – le mot magique – le valoriser, suivre et initier les programmes de recherche (les analyses sur la polychromie des Niobides, le projet « Gold unveiled », le colloque international prévu en novembre sur la polychromie antique et tant d’autres projets). Un moyen pour affaiblir Eike Schmiet – le nouveau directeur – avant même qu’il n’entre en service1. Tout cela laisse augurer fort mal de la suite.


Didier Rykner, lundi 7 septembre 2015


Notes

1« Tutto questo patrimonio da domani non avrà nessuno che ne curi l’allestimento, ne programmi e diriga i restauri, ne valuti gli eventuali prestiti, ne segua la didattica e – parola magica – la valorizzazione, segua e promuova la ricerca (le analisi sulla policromia dei Niobidi, il progetto Goldunveiled, il convegno internazionale previsto a novembre sulla policromia antica e tante altre iniziative). Un modo per azzoppare Eike Schmiedt – il neodirettore – prima ancora che entri in servizio. »





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Brèves : Nomination annoncée à la Villa Médicis et nomination confirmée à l’Ensba

Article suivant dans Brèves : Un paravent du XVIIIe pour le Musée Buffon