Les Froment-Meurice, orfèvres romantiques parisiens Contenu abonnés


Paris, Musée de la Vie Romantique. Exposition terminée le 29 juin 2003.

JPEG - 5 ko

Si l’on excepte quelques incursions malheureuses dans un romantisme de pacotille (Hommage à Jean Marais, les Enfants du Siècle, ...), le musée de la Vie Romantique, ancien musée Renan-Scheffer, organise régulièrement des expositions remarquables, dont fait partie celle consacrée aux Froment-Meurice. Elle s’inscrit parfaitement dans la vocation de ce musée de présenter l’art français du XIXe siècle, de la Monarchie de Juillet au Second Empire. Il remplit ainsi un rôle que le Louvre et Orsay, contraints par d’absurdes limites chronologiques, ont abandonné depuis longtemps.

L’exposition est centrée sur les personnalités de François-Désiré et d’Emile Froment-Meurice, les deux plus éminents membres de cette dynastie. François-Désiré, mort en 1855 est représenté à Orsay par…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Expositions : Maestà di Roma

Article suivant dans Expositions : Carolus-Duran