Les FRAM menacés d’une baisse de 50 à 60%


JPEG - 48.8 ko
Jean Bellegambe (vers 1470- vers 1535)
Sainte Barbe, vers 1509-1513
Huile sur panneau - 87 x 28,9 cm
Exemple de tableau récemment
acquis grâce à l’aide du FRAM
Douai, Musée de la Chartreuse
Photo : Musée de la Chartreuse

18/9/12 - Ministère de la culture - Budget - Il semble qu’il faille désormais commencer une triste série d’articles que l’on pourrait appeler « J’affirme que le budget de la culture sera entièrement sanctuarisé durant le prochain quinquennat » (voir ici) !

Les directions régionales des affaires culturelles, émanation du ministère de la Culture en régions, ont en effet reçu il y a quelques jours ce que l’on appelle leur prénotification budgétaire. Les administrations centrales annoncent les montants de crédits affectés à chaque ligne budgétaire prévue pour l’année prochaine. Les DRAC doivent, à partir de ces chiffres, bâtir un programme.
Or, le montant des budgets prévus au titre des Fonds régionaux d’acquisition des musées sont, pour toutes les régions, réduits d’une manière vertigineuse, entre 50 et 60%. Lorsque l’on sait que le principe d’abondement à parité implique que les régions mettent chacune une somme équivalente, cela signifiera dans la plupart des cas une baisse d’au moins la moitié des crédits d’acquisition issus des FRAM.
Les conférences budgétaires, qui voient les directions monter à Paris afin de discuter du projet de budget (et éventuellement de les contester) vont être particulièrement agitées.

Lorsque l’on sait les difficultés que peuvent avoir les musées en région à impliquer leurs mairies dans une politique ambitieuse d’acquisition, l’abandon de l’État aura forcément des conséquences bien au delà de ces baisses budgétaires déjà dramatiques en elles-mêmes.
Si les FRAM sont les plus touchés, la ligne budgétaire prenant en charge notamment les restaurations et les expositions est également fortement réduite (au moins de 15%). Voilà comment François Hollande va tenir sa promesse de sanctuariser la culture, en s’attaquant d’abord aux musées, en attendant les arbitrages sur les monuments historiques.

English Version


Didier Rykner, mardi 18 septembre 2012





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Brèves : Ouverture du département des Arts de l’Islam au Louvre

Article suivant dans Brèves : Un dessin du Baron Gérard pour le Metropolitan