Les Fragonard de Besançon Contenu abonnés


Besançon, Musée des Beaux-Arts et d’Archéologie. Du 8 décembre 2006 au 2 avril 2007.

JPEG - 39.3 ko
1. Jean-Honoré Fragonard (1732-1806)
Saint Louis vénérant la couronne d’épines
Plume et encre noire, lavis gris - 16,8 x 8,4 cm
Besançon, Musée des Beaux-Arts
et d’Archéologie
Photo : Musée des Beaux-Arts
et d’Archéologie, Besançon
Voir l'image dans sa page

Les fonds graphiques de Besançon sont de mieux en mieux connus et étudiés. Nous avions parlé ici-même de la sélection des plus beaux dessins du musée montrée en 2004 et, plus récemment, des expositions de dessins italiens des XVIIe et XVIIIe siècles qui ont fait une part très large aux feuilles provenant de cette ville. On ne s’attardera pas ici sur l’éclatement un peu absurde des collections municipales entre le Musée des Beaux-Arts et la Bibliothèque, fruit de l’histoire de ces institutions. On sait que l’architecte Pierre-Adrien Pâris est à l’origine de cette richesse, et que l’ensemble des Fragonard est l’un des points forts de sa donation. Cette exposition en montre pour la première fois toute l’ampleur et est l’occasion de la publication d’un catalogue.

Toutes les facettes de Fragonard dessinateur sont ici représentées. L’accrochage et le catalogue sont organisés chronologiquement.
Les tous débuts du peintre, avant 1756 et le départ à Rome, sont mal connus et ne sont illustrés ici que par deux dessins, à la plume et au lavis. Si le premier est évidemment un projet de plafond, le second, Saint Louis vénérant la couronne d’épines (ill. 1)nous semble plutôt préparatoire à un retable. Le style est déjà bien caractéristique comme l’indique Pierre Rosenberg : « les yeux indiqués par un point, parfois un petit trait net et précis, les visages ronds et bien pleins ».

JPEG - 93.6 ko
2. Jean-Honoré Fragonard (?) (1732-1806)
Vue intérieure des Ecuries de Mécène à Tivoli
Sanguine - 35,7 x 49,4 cm
Besançon, Musée des Beaux-Arts et d’Archéologie
Photo : Musée des Beaux-Arts et d’Archéologie, Besançon
Voir l'image dans sa page

La section suivante, Fragonard à Rome est marquée par les fameuses sanguines de Tivoli, dessinées…

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Expositions : Fragonard (1732-1806) Origines i influències. De Rembrandt al segle XXI

Article suivant dans Expositions : Les Primitifs flamands. Les plus beaux diptyques