Les batailles du Grand Louvre Contenu abonnés


Auteur : Jack Lang

A l’heure où le patrimoine et les lois qui le protègent sont malmenés comme jamais (il faut sans doute retourner aux années 60 et au début des années 70 pour constater une telle vague de vandalisme), au moment où les musées, malgré un plan-musée en trompe-l’œil (voir l’article), voient leurs crédits diminuer, on se prend curieusement à regretter l’époque où Jack Lang était ministre. En dépit de quelques dérives regrettables, il faut reconnaître qu’alors la culture était davantage qu’aujourd’hui au cœur des préoccupations politiques.

Le souvenir de cette époque ne nous empêchera pourtant pas d’être critique avec le livre que vient de publier l’ancien ministre. On pense à la boutade de Frédéric Mitterrand (« Quand on m’appelle M. le ministre, j’ai toujours l’impression que Jack Lang va surgir derrière moi. ») tant il est criant dans cet ouvrage que son auteur pense être toujours en poste. Il ne se livre pas seulement à un plaidoyer pro domo ; on pourrait presque croire qu’il est responsable de toutes les actions menées par le ministère depuis son départ puisqu’il prend à son compte les faits les plus discutables du Louvre ces dernières années, notamment la création d’antennes à Lens et à Abu Dhabi.

Le livre n’est évidemment pas sans intérêt et sans qualités malgré les tics habituels de son auteur, au premier rang desquels ce lyrisme exalté qui le caractérise. On ne citera que deux exemples. A propos de la victoire de 19811, il écrit : « Des sources d’art et de vie devront jaillir dans chaque ville, dans chaque village, dans chaque quartier et dans les écoles » ; sur le Louvre Lens, il s’enflamme : « Ma conviction était entière : le premier investissement économique d’un pays, c’est l’investissement dans l’intelligence, le savoir, la beauté » (p. 202). Parce qu’il a connu la naissance du Grand Louvre de l’intérieur et qu’il en a été, selon ses dires (ce qui est probablement vrai), l’initiateur, il est certainement l’un des mieux placés pour en écrire l’histoire.

Pour avoir accès à ce contenu, vous devez vous abonner à La Tribune de l’Art. Les avantages et les conditions de cet abonnement, qui vous permettra par ailleurs de soutenir La Tribune de l’Art, sont décrits sur la page d’abonnement.

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous à l’aide de ce formulaire :





imprimer Imprimer cet article

Article précédent dans Publications : Ouvrages reçus en octobre 2010

Article suivant dans Publications : La description de Callistrate de quelques statues antiques tant de marbre comme de bronze